Aller au contenu principal

Pascal Férey, président de la FRSEA
Se battre pour une agriculture compétitive

lors que les élections aux chambre d’agriculture approchent, Pascal Férey, président de la FRSEA dresse un premier bilan syndical.

Pascal Férey, "ceux qui ont tout reçu de la part de ceux qui ont tout créé n'ont aucune leçon à nous donner".
Pascal Férey, "ceux qui ont tout reçu de la part de ceux qui ont tout créé n'ont aucune leçon à nous donner".
© Eric Charon AN 50
Pour Pascal Férey, les élections aux chambres d’agriculture 2007, doivent se faire sur des bilans, “les FDSEA et la FRSEA n’ont pas à rougir du leur, loin de là”. L’occasion aussi de revenir sur la visite de Dominique Bussereau, Ministre de l’Agriculture, à Condé sur Vire, jeudi dernier. Sur quel bilan peut se positionner la FRSEA de Normandie pour les élections à la Chambre Régionale ? “Nous sommes encore loin des élections. Dans un premier temps, je tiens à souligner l’excellent travail de Daniel Épron et de son équipe. Quant à la FRSEA qui travaille en étroite liaison avec les FDSEA, nous n’avons pas ménagé nos efforts sur la réforme de la PAC, les retraites, le statut du conjoint collaborateur, le prix du lait, quoi qu’on en dise, ou encore les DPU. Les équipes régionale et départementales travaillent tous les jours à la défense de l’agriculture au travers de réunions, peut-être pas très médiatisées, mais oh combien utiles pour tous les agriculteurs, quelque soit leur production. Tenez, un exemple : le remboursement de la TIPP va permettre à tous les exploitants d’économiser quelques centaines, voire quelques milliers d’euros. Nous travaillons aussi, d’arrache-pied pour l’avenir avec les différentes mesures du contrat plan État-Région. Notre but, à nous syndicalisme majoritaire, ce ne sont pas les effets d’annonces mais une construction sur de réelles bases économiques de manière à ce que l’agriculture régionale vive. En un mot, nous ne voulons pas de l’agriculture du passé, même si cela fait très joli sur les cartes postales, mais d’une agriculture réactive face notamment à la concurrence des pays tiers". (A suivre dans votre prochaine édition)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité