Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pascal Férey, président de la FRSEA
Se battre pour une agriculture compétitive

lors que les élections aux chambre d’agriculture approchent, Pascal Férey, président de la FRSEA dresse un premier bilan syndical.

Pascal Férey, "ceux qui ont tout reçu de la part de ceux qui ont tout créé n'ont aucune leçon à nous donner".
Pascal Férey, "ceux qui ont tout reçu de la part de ceux qui ont tout créé n'ont aucune leçon à nous donner".
© Eric Charon AN 50
Pour Pascal Férey, les élections aux chambres d’agriculture 2007, doivent se faire sur des bilans, “les FDSEA et la FRSEA n’ont pas à rougir du leur, loin de là”. L’occasion aussi de revenir sur la visite de Dominique Bussereau, Ministre de l’Agriculture, à Condé sur Vire, jeudi dernier. Sur quel bilan peut se positionner la FRSEA de Normandie pour les élections à la Chambre Régionale ? “Nous sommes encore loin des élections. Dans un premier temps, je tiens à souligner l’excellent travail de Daniel Épron et de son équipe. Quant à la FRSEA qui travaille en étroite liaison avec les FDSEA, nous n’avons pas ménagé nos efforts sur la réforme de la PAC, les retraites, le statut du conjoint collaborateur, le prix du lait, quoi qu’on en dise, ou encore les DPU. Les équipes régionale et départementales travaillent tous les jours à la défense de l’agriculture au travers de réunions, peut-être pas très médiatisées, mais oh combien utiles pour tous les agriculteurs, quelque soit leur production. Tenez, un exemple : le remboursement de la TIPP va permettre à tous les exploitants d’économiser quelques centaines, voire quelques milliers d’euros. Nous travaillons aussi, d’arrache-pied pour l’avenir avec les différentes mesures du contrat plan État-Région. Notre but, à nous syndicalisme majoritaire, ce ne sont pas les effets d’annonces mais une construction sur de réelles bases économiques de manière à ce que l’agriculture régionale vive. En un mot, nous ne voulons pas de l’agriculture du passé, même si cela fait très joli sur les cartes postales, mais d’une agriculture réactive face notamment à la concurrence des pays tiers". (A suivre dans votre prochaine édition)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité