Aller au contenu principal

Agriculture biologique
Se convertir : l’auto diagnostic, un outil pour y réfléchir

Dans un contexte économique difficile, les agriculteurs se posent des questions sur l’avenir de leurs exploitations. L’agriculture biologique est une des orientations possibles pour évoluer. Exemple dans la Manche

Pancarte à l'entrée d'une exploitation agricole produisant des légumes biologiques.
Pancarte à l'entrée d'une exploitation agricole produisant des légumes biologiques.
© S. Leitenberger

En effet, le contexte est considéré comme favorable à celle-ci, puisque le bio est au cœur du dispositif environnemental avec un soutien fort au niveau français et européen. Le plan quinquennal français de développement de l’agriculture biologique (2007-2012) a pour objectif d’atteindre 6 % de la SAU en bio en 2012 et 20 % en 2020 (2 % en 2007). Ce plan souhaite porter l’agriculture biologique à un niveau lui permettant de répondre à la demande des consommateurs dès 2012.

Mais franchir le pas de se convertir à l’agriculture biologique engendre de nombreuses questions qu’il faut se poser au préalable.
Pour ce faire, la Chambre d’agriculture de la Manche a conçu un auto diagnostic adapté aux exploitations laitières du département dont vous trouverez deux extraits ci-contre.
L’aspect motivation est le moteur d’un projet tel que celui de passer en système biologique.
Aussi, en répondant au questionnaire suivant, vous pouvez déjà vous rendre compte de quelques unes de vos motivations par rapport à l’image que vous avez de l’agriculture biologique.
L’étude des possibilités d’adaptation de l’exploitation permet ensuite de prendre conscience de l’importance du changement engendré par une conversion à l’agriculture biologique.
D’un point de vue technique, les données principales à prendre en compte pour étudier un passage en bio sont :
- la densité laitière ;
- la moyenne économique par vache ;
- l’assolement ;
- les surfaces accessibles aux vaches ;
- les stocks et l’alimentation.
L’ensemble du diagnostic en 4 pages permet à travers ces principaux domaines de collecter certaines informations sur les changements à prévoir selon le système d’exploitation et de repérer des points d’approfondissement nécessaires.

Les motivations pour s’orienter vers l’agriculture biologique peuvent être très variées : cohérence par rapport à la protection de l’environnement, envie de changer, challenge technique, prix intéressants… Les réticences également : cahier des charges pouvant paraître contraignant, assolement à revoir, peur de vivre cela comme un recul, peur du changement…
Aussi, une étude de conversion peut vous permettre, à l’aide d’un conseiller, d’analyser vos motivations, vos réticences et les possibilités d’adaptation de votre exploitation.
Alors si vous souhaitez réfléchir à un  projet bio, testez “Le passage en bio est-ce pour moi ?” et consultez “Le guide pour accompagner son diagnostic de passage en bio”.
Vous trouverez ce diagnostic et ce guide à la Chambre d’agriculture de St-Lô et dans les antennes de Coutances, Avranches, Mortain et Valognes.
Renseignements auprès de la Chambre d’Agriculture au 02 33 06 49 57 (guides) et 02 33 06 46 50 (étude conversion).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité