Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

AGRIAL
Se mettre en capacité de produire 15 à 20 % de lait en plus en 2015

AGRIAL a de l’ambition laitière. Cette branche, officiellement créée en janvier de cette année, bourgeonne dru. Avec l’entrée au capital de Délicelait et la création de Senagral (en partenariat avec Senoble), c’est l’après quota qu’AGRIAL anticipe en capitalisant du droit à produire pour ses coopérateurs. Un retour aux sources laitières en quelque sorte.

© TG
En créant une branche lait, AGRIAL se place dès à présent dans la perspective de la fin des quotas laitiers en 2015. L’objectif est de conforter notre partenariat avec CLE et d’offrir de nouveaux débouchés aux adhérents”, insistent Gilbert Herpe et Ludovic Spiers, respectivement président et directeur général du Groupe coopératif. “Après la fusion avec la coopérative Elle & Vire qui renforce notre potentiel de production amont, il devenait légitime pour AGRIAL d’investir dans la transformation du lait”.
Premier acte avec la prise de participation, minoritaire mais qui devrait devenir majoritaire en 2012, dans Délicelait (50). A la clé : 100 millions de litres de lait tracé transformé en ingrédients pour les industriels de l’agroalimentaire.
Second acte, la création de Senagral en partenariat avec Senoble (chacun détenant 50 % des parts) qui a reçu, en février, le feu vert de la commission européenne. “Dédiée au marché MDD (Ndrl : Marque de Distributeur) sur la France, l’Allemagne et le Benelux, elle dispose de 4 usines en France en charge de la fabrication de yaourts, fromages blancs, crèmes fraîches et desserts représentant un chiffre d’affaires de 500 Me environ. Cette branche constituée, en y intégrant l’ensemble de ces participations, représente une collecte de 1,35 milliard de litres auprès de 3 800 producteurs, un chiffre d’affaires de 920 Me et une équipe de 1 670 collaborateurs”. 
Du côté des dirigeants, on se défend de faire du développement pour du développement. L’objectif de ce projet laitier, CLE Bongrain compatible, est de se mettre en capacité de produire 15 à 20 % de lait en plus en 2015.  Mais les producteurs sont-ils prêts ?

Des producteurs prêts
Pour répondre à cette question, les techniciens d’AGRIAL mènent l’enquête sur le terrain. Les résultats sont loin d’être définitifs mais une tendance se dégage d’un premier sondage. “Les vrais laitiers ont vraiment envie de produire plus”. Produire plus grâce au robot notamment. Elevance, qui distribue le système “multi box” développé par GEA Westfalia-Surge, a déjà enregistré une dizaine de commandes. AGRIAL espère arriver assez vite à un réseau d’une vingtaine de fermes de référence. Seul hic, la zone de distribution du robot par Elevance est loin d’épouser le périmètre laitier coopératif. D’autres développements externes peut-être en perspective ?

Ludovic Spiers, directeur du groupe AGRIAL : valoriser les produits cidricoles normands aux USA

AGRIAL, au travers de sa branche boissons, s’implante pour la première fois en dehors des frontières de l’Europe en rachetant la société Manzana basée aux Etats-Unis (Californie). La signature est intervenue le 30 mars dernier.

Ludovic Spiers : que va faire un groupe coopératif bas-normand Outre Atlantique ?
AGRIAL vient d’investir aux Etats-Unis ce qui peut surprendre puisque nous étions principalement français puis européen. La raison, c’est que nous avons une part de marché en cidre importante en France et que nous voulions poursuivre notre développement. Comme ce n’était plus possible au niveau national, on a décidé, comme dans d’autres métiers, d’aller à l’international. Nous avons ciblé deux pays : l’Angleterre et les Etats-Unis. Finalement, on a trouvé une belle opportunité aux USA : la société Manzana spécialisée en bio. Notre objectif est d’avoir une tête de pont pour exporter des produits cidricoles français. Les contacts que nous avons pu prendre avec des Français présents aux USA montrent qu’il vaut mieux avoir un point d’appui là bas pour développer et valoriser nos produits. C’est l’objectif de cette acquisition.

25 M$ de chiffre d’affaires
Cette entreprise, d’actionnariat familial, est spécialisée dans la
transformation de pommes et commercialise trois grandes catégories de produits : le jus de pommes, le vinaigre de pommes et la compote de pommes. Elle dispose d’un établissement unique, situé à 1 h 30 au nord de San Francisco où sont conditionnés les produits et où se situe le siège de l’entreprise. Elle s’est spécialisée au cours des dix dernières années dans les produits dits “organic” (synonyme de produits biologiques) qui représentent une part importante de la production. Le chiffre d’affaires 2011 est voisin de 25 M$, en forte croissance ces cinq dernières années, pour un effectif d’une centaine de personnes. Parallèlement à cette acquisition, AGRIAL doit céder ses cidreries Val de Vire et Dujardin. Une injonction de la DGCCRF. La coopérative bretonne Val de Rance serait sur les rangs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité