Aller au contenu principal

Sécurite
Se sécuriser à moindre coût

Une grande majorité des agriculteurs ne possèdent pas ou peu d’équipements de protection individuelle. Afin d’y remédier, les FDSEA de Basse-Normandie ont lancé une campagne d’information et mis en place une commande groupée.

Si les équipements de protection individuelle sont obligatoires 
pour les salariés, Thierry Boisgontier confie les utiliser également : “j’estime que ma sécurité est tout aussi importante”.
Si les équipements de protection individuelle sont obligatoires
pour les salariés, Thierry Boisgontier confie les utiliser également : “j’estime que ma sécurité est tout aussi importante”.
© AN-HB
Protéger ses salariés grâce à des équipements de protection individuelle est obligatoire. Les FDSEA de Basse-Normandie ont proposé un achat d’équipements en commun. “L’objectif était d’acheter des produits de qualité et d’obtenir des prix négociés”, explique Mélanie Pacé, juriste à la FDSEA de l’Orne. Et d’ajouter : “s’équiper doit être une priorité, pas seulement pour éviter les amendes lors des contrôles mais pour se protéger”. Des propos corroborés par Thierry Boisgontier, agriculteur à Sept-Forges (61) : “j’ai toujours été sensible à la question de la sécurité, notamment dans la manipulation des produits toxiques. Bénéficier d’une commande groupée, c’est simple et rentable”

Des produits fiables et confortables


Plus d’une quinzaine d’exploitations ont pris part à cette commande. Une commande étudiée par un groupe d’agriculteurs (maraîchers, polyculture élevage, cidricole...) qui ont testé les produits. “J’ai acheté des bottes de sécurité, des gants, un tablier, un masque, des lunettes, un pantalon pour les travaux de tronçonneuse et un casque antibruit. Le matériel reçu est de très bonne qualité. Les gants ne se déchirent pas à la première utilisation et les odeurs des produits chimiques ne passent pas à travers le masque”, signale l’agriculteur. Les FDSEA ont misé sur des produits de qualité plutôt que sur les premiers prix. Autre qualité essentielle : le confort. Souvent les équipements de protection individuelle (EPI) ne sont pas utilisés car peu confortables et pas toujours compatibles avec les travaux de la ferme. “Je pourrais marcher toute la journée avec les bottes de sécurité vu leur légèreté et le masque ne tire pas sur le visage, ne laisse pas de marques rouges et l’on respire bien à l’intérieur”, rélève Thierry Boisgontier. “Certes, cela n’enlève pas le ridicule de la tenue mais la sécurité vaut bien quelques petites concessions”, sourit le producteur.     

Des prix attractifs


“La note n’était pas trop salée par rapport à notre sécurité ou à l’amende d’un contrôle. C’est un tout petit budget pour l’exploitation. La facture s’est élevée à 120 €”, précise Thierry Boisgontier. La moyenne de prix des commandes s’évalue entre 110 et 150 €. “D’autant que le matériel dure dans le temps, c’est une utilisation occasionnelle”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
VIDEO. L’opération recyclage de pneus est sur les rails
Depuis mardi 16 et jusqu’à lundi 29 mars, la FDSEA organise une collecte de pneus usagés. Grâce à l’aide financière et matérielle…
Publicité