Aller au contenu principal

Sécurite
Se sécuriser à moindre coût

Une grande majorité des agriculteurs ne possèdent pas ou peu d’équipements de protection individuelle. Afin d’y remédier, les FDSEA de Basse-Normandie ont lancé une campagne d’information et mis en place une commande groupée.

Si les équipements de protection individuelle sont obligatoires 
pour les salariés, Thierry Boisgontier confie les utiliser également : “j’estime que ma sécurité est tout aussi importante”.
Si les équipements de protection individuelle sont obligatoires
pour les salariés, Thierry Boisgontier confie les utiliser également : “j’estime que ma sécurité est tout aussi importante”.
© AN-HB
Protéger ses salariés grâce à des équipements de protection individuelle est obligatoire. Les FDSEA de Basse-Normandie ont proposé un achat d’équipements en commun. “L’objectif était d’acheter des produits de qualité et d’obtenir des prix négociés”, explique Mélanie Pacé, juriste à la FDSEA de l’Orne. Et d’ajouter : “s’équiper doit être une priorité, pas seulement pour éviter les amendes lors des contrôles mais pour se protéger”. Des propos corroborés par Thierry Boisgontier, agriculteur à Sept-Forges (61) : “j’ai toujours été sensible à la question de la sécurité, notamment dans la manipulation des produits toxiques. Bénéficier d’une commande groupée, c’est simple et rentable”

Des produits fiables et confortables


Plus d’une quinzaine d’exploitations ont pris part à cette commande. Une commande étudiée par un groupe d’agriculteurs (maraîchers, polyculture élevage, cidricole...) qui ont testé les produits. “J’ai acheté des bottes de sécurité, des gants, un tablier, un masque, des lunettes, un pantalon pour les travaux de tronçonneuse et un casque antibruit. Le matériel reçu est de très bonne qualité. Les gants ne se déchirent pas à la première utilisation et les odeurs des produits chimiques ne passent pas à travers le masque”, signale l’agriculteur. Les FDSEA ont misé sur des produits de qualité plutôt que sur les premiers prix. Autre qualité essentielle : le confort. Souvent les équipements de protection individuelle (EPI) ne sont pas utilisés car peu confortables et pas toujours compatibles avec les travaux de la ferme. “Je pourrais marcher toute la journée avec les bottes de sécurité vu leur légèreté et le masque ne tire pas sur le visage, ne laisse pas de marques rouges et l’on respire bien à l’intérieur”, rélève Thierry Boisgontier. “Certes, cela n’enlève pas le ridicule de la tenue mais la sécurité vaut bien quelques petites concessions”, sourit le producteur.     

Des prix attractifs


“La note n’était pas trop salée par rapport à notre sécurité ou à l’amende d’un contrôle. C’est un tout petit budget pour l’exploitation. La facture s’est élevée à 120 €”, précise Thierry Boisgontier. La moyenne de prix des commandes s’évalue entre 110 et 150 €. “D’autant que le matériel dure dans le temps, c’est une utilisation occasionnelle”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité