Aller au contenu principal
Font Size

Sébastien Lerondel : « nous sommes des passeurs d’histoire »

Sébastien Lerondel dirige Giel Don Bosco depuis dix ans. Le directeur prédit, pour l’établissement, un avenir tourné vers le numérique. Le cadre et la qualité de vie qui règnent à Giel, couplés au haut débit, sont autant d’atouts pour le futur.

© JP

>> Comment êtes-vous arrivé à la tête de Giel Don Bosco ?
Je suis originaire du pays de Caux, en Seine-Maritime. Mes parents étaient agriculteurs mais leur exploitation n’était pas viable. J’ai étudié en classe préparatoire au lycée Malherbe, à Caen. Puis, à l’Agro Campus Ouest de Rennes. J’ai été professeur en Maison familiale et rurale pendant quelques années, avant de devenir directeur d’un lycée agricole en Lozère. À l’époque, j’ai réfléchi à revenir en Normandie pour raison familiale. Alors j’en ai parlé à un collègue. Et, grâce au bouche-à-oreille, je suis arrivé en tant que directeur de Giel en 2008.

>> Giel Don Bosco célèbre 150 années d’existence. Quel effet cela vous fait-il ?
Nous portons une grande responsabilité, car nous sommes des passeurs d’histoire. Je n’y pense pas trop, car la charge est lourde : il y a derrière nous une histoire, des sacrifices. Nous devons continuer à faire fructifier un héritage et transmettre le flambeau.

>> Comment cela se traduit-il au niveau des formations ?
Certaines formations ouvrent et d’autres disparaissent. Giel Don Bosco a su s’adapter aux jeunes. Dans les années 1950, l’établissement formait des tourneurs fraiseurs. Il y a aussi eu les métiers de cordonnier, boulanger. Les classes ont fermé, d’autres ont pris le relais comme celles sur les métiers du froid, les services à la personne ou l’architecture. Les formations agricoles sont toujours là grâce à la situation géographique de l’établissement.

>> Quelle carte jouer pour l’avenir Giel ?
Nous disposons d’un atout qui n’est pas encore exploité à 100 % : le débit à 80 mégas. La fibre optique est arrivée il y a deux ans. Les urbains cherchent un retour à la nature. Nous pouvons devenir un exemple de qualité de vie en milieu rural, en lien avec les formations à distance. Nous pouvons être un modèle de télétravail.

>> Quels sont les métiers auxquels vous devrez préparer les jeunes demain ?
L’intelligence artificielle, le numérique et ses formations. Les formations sur le numérique sont réfléchies en conseil d’administration. La formation architecture et bâtiment travaille avec des logiciels en trois dimensions. Demain, dans l’agriculture, il faudra former des jeunes sur la conduite automatisée des engins. Nous en préparerons les techniciens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité