Aller au contenu principal

AGRIAL
Séchage et brouettage ont compliqué la moisson

Moisson 2008 compliquée pour les collecteurs. Il a fallu mobiliser un maximum d’unités de séchage et brouetter le blé dans tous les sens.

On a encore battu hier (ndrl : le 9 septembre) et depuis la mi-août, on bat humide. Tout cela nous a amené à revoir l’intégralité de notre plan moisson”. Pour Olivier Bourassin, directeur de la filière Céréales d’Agrial, le cru 2008 joue les prolongations. Il reste quelques parcelles à moissonner dans le nord Manche, les bocages ornais et calvadosiens et le Bessin. Il restait, au 10 septembre, 4 000 T de céréales à rentrer.

180 000 tonnes au séchoir
Au total, ce sont 180 000 T de blé qu’Agrial aura eu à sécher contre 20 000 T en année standard. “Le dernier week-end d’août, 80 000 T de blé humide ont été livrées dans nos dépôts. On avance au rythme de nos capacités de stockage. A ce jour, on dégage 5 000 T/jour.
Des capacités que le futur mariage avec Union Set (72) et l’organisation en postes (2X8, 3X8 ou 2X10) ont boostées. 
Pas de catastrophisme donc, la situation a toujours été sous contrôle.
Cependant, l’addition va se solder par un coût supplémentaire pour les adhérents de 10 à 15 e/t. “Une charge qui sert à couvrir les frais de séchage”, justifie Olivier Bourassin.
La coopérative devra également faire face à des frais de brouettage supplémentaires. La flotte d’une centaine de camions tourne à plein : à l’aller pour alimenter les séchoirs et en retour pour dégager le sec.

Une collecte de 655 000 tonnes
Mais si la pluie a considérablement contrarié les moissonneuses-batteuses, Olivier Bourassin qualifie cette moisson “d’abondante” avec 665 000 t de collecte (toutes céréales confondues) contre 440 000 t l’an dernier. Même tendance en blé : 495 000 t en 2008 contre 305 000 t en 2007. “Les rendements sont plus que corrects et de toute évidence supérieurs à nos attentes”.  Selon les premières estimations,  on parle de 10 à 20 quintaux supplémentaires à l’hectare.
Sur un plan qualitatif, le début de moisson s’est avéré excellent  en PS. “Cette qualité s’est détériorée quelque peu sans pour autant devenir catastrophique et ne concerne que des volumes moindres. La moyenne devrait se situer aux alentours de 76”. Déception enfin toute relative côté protéine: effet dilution pour cause de bons rendements.
Reste quand même à finir en certains endroits cette moisson 2008. Pour d’autres, on a remisé les machines depuis plus d’un mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Une première au Salon pour Corentin Angot
Diplômé ingénieur agronome, Corentin Angot se plaît à travailler sur la ferme paternelle à Gouffern-en-Auge, dans l'Orne en…
Publicité