Aller au contenu principal

Partenariat sur les légumes
Sécuriser l'amont

L’alliance Prim’co-Carrefour permet aux producteurs manchois d’écouler près de 15 000 tonnes de légumes.

Sur le terrain, les explications fusent sur l’accord Prim’co/Carrefour.
Sur le terrain, les explications fusent sur l’accord Prim’co/Carrefour.
© E.C.
La “guéguerre” entre distribution et fournisseurs auraient-elle pris fin, du moins dans les légumes ? Il semble que oui. A grands renforts d’amabilité, de phrases acidulées, les dirigeants de Prim’co et de Carrefour travaillent sur la même longueur d’ondes : celle de la sécurisation de l’écoulement d’un produit de qualité. Une garantie Carrefour et ses cahiers de charges font désormais partie du paysage agricole. Viande (la race Normande est d’ailleurs la seule filière à garder la maîtrise de son cahier des charges), ostréiculture, légumes, le groupe français veut privilégier les producteurs françaises de qualité. Vendredi dernier, les dirigeants étaient sur le terrain, en l’occurrence chez Guy Cobrun, producteur de carottes et de poireaux à Créances, sur la côte ouest de la Manche. “J’ai signé le partenariat “garanti Carrefour” explique notre producteur. “Le groupe garanti l’achat de volumes déterminés à l’avance et s’engage à nous soutenir (ndlr : Prim’co) en cas de périodes sensibles”. Louis-Marie Le Coutour, directeur de la filière légumes Agrial, lui, se frotte les mains. “Pour les producteurs, mais aussi pour nous, c’est assez intéressant de savoir qu’une partie de ce qui est semé ou planté sera pris par Carrefour”. Reste queL.M. Le Coutour, tout en avouant sa satisfaction, estime qu’aujourd’hui il faut se battre sur les prix. “Nous voulons des marges. Logique, lorsque l’on a des outils à financer. La valorisation de la filière Carrefour doit permettre à tout le monde de vivre”. Sur les trois bassins Lors de la visite du site Prim’co de Créances, les chiffres ont été étalés devant la presse : 2170 tonnes de poireaux et 12 000 tonnes de carottes sur les trois bassins manchois pour la filière Carrefour. Quant à la plus-value, réponse des dirigeants commerciaux, “faire partir 2000 tonnes de poireaux avec une garantie est déjà une plus-value en soit”. Guy Cobrun, lui, acquiesce. “La mise de fonds pour un champ de poireaux, ce n’est pas rien. Savoir que tout va partir me permet d’être plus serein”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2020, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Daniel Courval président de la section viande bovine de la FRSEA de Normandie.
Viande bovine : " Le pire, c’est le mépris de nos interlocuteurs "
Les représentants des éleveurs ne trouvent plus leur place au comité régional d’Interbev. Ils le font savoir et remettent en…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Publicité