Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Partenariat sur les légumes
Sécuriser l'amont

L’alliance Prim’co-Carrefour permet aux producteurs manchois d’écouler près de 15 000 tonnes de légumes.

Sur le terrain, les explications fusent sur l’accord Prim’co/Carrefour.
Sur le terrain, les explications fusent sur l’accord Prim’co/Carrefour.
© E.C.
La “guéguerre” entre distribution et fournisseurs auraient-elle pris fin, du moins dans les légumes ? Il semble que oui. A grands renforts d’amabilité, de phrases acidulées, les dirigeants de Prim’co et de Carrefour travaillent sur la même longueur d’ondes : celle de la sécurisation de l’écoulement d’un produit de qualité. Une garantie Carrefour et ses cahiers de charges font désormais partie du paysage agricole. Viande (la race Normande est d’ailleurs la seule filière à garder la maîtrise de son cahier des charges), ostréiculture, légumes, le groupe français veut privilégier les producteurs françaises de qualité. Vendredi dernier, les dirigeants étaient sur le terrain, en l’occurrence chez Guy Cobrun, producteur de carottes et de poireaux à Créances, sur la côte ouest de la Manche. “J’ai signé le partenariat “garanti Carrefour” explique notre producteur. “Le groupe garanti l’achat de volumes déterminés à l’avance et s’engage à nous soutenir (ndlr : Prim’co) en cas de périodes sensibles”. Louis-Marie Le Coutour, directeur de la filière légumes Agrial, lui, se frotte les mains. “Pour les producteurs, mais aussi pour nous, c’est assez intéressant de savoir qu’une partie de ce qui est semé ou planté sera pris par Carrefour”. Reste queL.M. Le Coutour, tout en avouant sa satisfaction, estime qu’aujourd’hui il faut se battre sur les prix. “Nous voulons des marges. Logique, lorsque l’on a des outils à financer. La valorisation de la filière Carrefour doit permettre à tout le monde de vivre”. Sur les trois bassins Lors de la visite du site Prim’co de Créances, les chiffres ont été étalés devant la presse : 2170 tonnes de poireaux et 12 000 tonnes de carottes sur les trois bassins manchois pour la filière Carrefour. Quant à la plus-value, réponse des dirigeants commerciaux, “faire partir 2000 tonnes de poireaux avec une garantie est déjà une plus-value en soit”. Guy Cobrun, lui, acquiesce. “La mise de fonds pour un champ de poireaux, ce n’est pas rien. Savoir que tout va partir me permet d’être plus serein”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité