Aller au contenu principal
Font Size

Partenariat sur les légumes
Sécuriser l'amont

L’alliance Prim’co-Carrefour permet aux producteurs manchois d’écouler près de 15 000 tonnes de légumes.

Sur le terrain, les explications fusent sur l’accord Prim’co/Carrefour.
Sur le terrain, les explications fusent sur l’accord Prim’co/Carrefour.
© E.C.
La “guéguerre” entre distribution et fournisseurs auraient-elle pris fin, du moins dans les légumes ? Il semble que oui. A grands renforts d’amabilité, de phrases acidulées, les dirigeants de Prim’co et de Carrefour travaillent sur la même longueur d’ondes : celle de la sécurisation de l’écoulement d’un produit de qualité. Une garantie Carrefour et ses cahiers de charges font désormais partie du paysage agricole. Viande (la race Normande est d’ailleurs la seule filière à garder la maîtrise de son cahier des charges), ostréiculture, légumes, le groupe français veut privilégier les producteurs françaises de qualité. Vendredi dernier, les dirigeants étaient sur le terrain, en l’occurrence chez Guy Cobrun, producteur de carottes et de poireaux à Créances, sur la côte ouest de la Manche. “J’ai signé le partenariat “garanti Carrefour” explique notre producteur. “Le groupe garanti l’achat de volumes déterminés à l’avance et s’engage à nous soutenir (ndlr : Prim’co) en cas de périodes sensibles”. Louis-Marie Le Coutour, directeur de la filière légumes Agrial, lui, se frotte les mains. “Pour les producteurs, mais aussi pour nous, c’est assez intéressant de savoir qu’une partie de ce qui est semé ou planté sera pris par Carrefour”. Reste queL.M. Le Coutour, tout en avouant sa satisfaction, estime qu’aujourd’hui il faut se battre sur les prix. “Nous voulons des marges. Logique, lorsque l’on a des outils à financer. La valorisation de la filière Carrefour doit permettre à tout le monde de vivre”. Sur les trois bassins Lors de la visite du site Prim’co de Créances, les chiffres ont été étalés devant la presse : 2170 tonnes de poireaux et 12 000 tonnes de carottes sur les trois bassins manchois pour la filière Carrefour. Quant à la plus-value, réponse des dirigeants commerciaux, “faire partir 2000 tonnes de poireaux avec une garantie est déjà une plus-value en soit”. Guy Cobrun, lui, acquiesce. “La mise de fonds pour un champ de poireaux, ce n’est pas rien. Savoir que tout va partir me permet d’être plus serein”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
AGNEAU PRE SALE
Accrocher les wagons AOT à la locomotive AOP
Après 30 années de travail, l’agneau de pré-salé a enfin obtenu le fameux sésame AOP. Mais la vie dans les herbus n’est pas un…
Publicité