Aller au contenu principal

Orne
Sécuriser les interventions en allaitants grâce à un marche-pied coulissant arrière

Philippe Talpe, producteur de bovins viande à Crulai (61), s’est équipé d’un “sécuritable”. Grégory Lemaître, inséminateur au CIA de l’Aigle, apprécie tout autant le confort de travail que la sécurité d’intervention qu’apporte ce dispositif.

Inséminateur : un métier à risque. Grégory Lemaître, routier de l’IA au CIA (Centre d’Insémination Artificielle) de L’Aigle, en porte les stigmates. Sept points de suture au menton à cause d’un coup de pied de vache récalcitrante qui l’a conduit aux urgences. Pour son collègue, Pascal, c’est le thorax qui a souffert. Pas étonnant donc, qu’au CIA, on ait pris le dossier “sécurité” par les cornes. François Roumier, qui encadre 60 inséminateurs dont 5 femmes, confirme. “Le coup de pied, c’est notre lot quotidien”.

Subventionné à 50 %
Le CIA est acteur de la sécurité en mettant la main au porte-monnaie. Dans le cadre d’un équipement en “Sécuritable”, il subventionne l’investissement (600 e environ) à hauteur de 20 %, la MSA 30 %. Les 50 % restant à la charge de l’éleveur. Philippe Talpe, 140 animaux dont 50 vaches allaitantes, s’est équipé un peu trop tôt. Il a investi alors que ce dispositif d’aide n’avait pas encore été mis en place. Sans rancune !
En 2007, il a regroupé 3 sites en 1 et fait le choix d’un bâtiment aire paillée avec trottoir autonettoyant. “Je voulais un bâtiment complètement fermé sans poteau au milieu pour pouvoir mécaniser au maximum les tâches”, se souvient-il.
Ce type de construction s’est développé à partir des années 1995”, confirme Bruno Gautier, responsable du service bâtiment à la Chambre d’Agriculture de l’Orne. Pas besoin de fumière ni de système de raclage : autant de plus économiques. Mais aussi des moins en terme de sécurité. Entre la table d’alimentation et le niveau de l’aire paillée : un bon dénivelé de 50 cm en début de saison. Le visage de tout intervenant à l’arrière de l’animal arrive à portée de sabot. 

Un décalage de 50 cm
Pour Philippe Talpe, le “Sécuritable” s’est donc vite imposé. Il est constitué d’un marche-pied coulissant sur une barre (6 m environ) qui se positionne à l’arrière des animaux. Marche-pied réglable qui arrive en butée sur le béton de la marche de la table d’alimentation. Sécurité quasi idéale et facilité de travail aux effets sans doute bénéfiques en terme de réussite des IA. L’inséminateur y trouve son compte, mais aussi l’éleveur, son employé ou son stagiaire, le vétérinaire, le pointeur...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2020, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité