Aller au contenu principal

Fourrage
Semer des dérobées derrière céréales : Arvalis fait le point

Les conditions climatiques de 2011 font craindre dans de nombreux élevages des déficits fourragers. La question de semer des dérobées derrière céréales se pose souvent dans ces exploitations.

Quels sont les points à prendre en compte pour décider ou pas de l’opportunité de semis de cultures dérobées ?


Les cultures dérobées nécessitent de l’eau pour lever

Dans les zones ayant bénéficié de pluies orageuses suffisantes, il faudrait implanter les fourrages d’été le plus tôt possible, c'est-à-dire dès la récolte des céréales immatures, ceci afin de bénéficier de l’humidité résiduelle du sol. Dans tous les autres cas, la pluie devient indispensable pour préparer le sol, et assurer la levée. Il faudrait au moins 10 à 30 mm selon les espèces pour lever.

Pour favoriser la levée, il est conseillé de :

- privilégier le non labour, voire le semis direct si possible, afin d’éviter le dessèchement du profil de sol ;

- semer juste après récolte car il peut rester un peu de fraîcheur dans les premiers cm du sol, surtout en sol limono-argileux. Pour le maïs, semer à une profondeur de 5-6 cm ;

- tenir compte des risques de phytotoxicité, notamment des sulfonylurées appliquées sur les céréales, particulièrement marquées sur légumineuses ou sur maïs.

Faut-il fertiliser ces cultures ?

Il n’est pas nécessaire de fertiliser. Les reliquats après récolte devraient suffire au développement de la dérobée. L’azote non absorbé par la céréale et l’azote fixé par la légumineuse (si présence dans le mélange) sera utilisé par le fourrage d’été. Pour le maïs : possibilité d’envisager un starter (100 kg 18-46).


Faut-il désherber les dérobées ?

Dans la plupart des cas, il n’est pas nécessaire de désherber les cultures dérobées. Un passage peut néanmoins être conseillé dans le cas d’un semis de maïs. Après orge, il est probable que les repousses soient nombreuses dans le maïs. Elles peuvent être gérées via un post précoce avec Milagro. De façon générale, il faut limiter le coût d’implantation et compter sur le pouvoir couvrant des espèces semées pour leur compétition vis-à-vis des adventices. Le risque de salissement est par ailleurs maîtrisé par l’exploitation qui sera faite du couvert. Le pâturage ou la fauche courant août devrait limiter les montées à graines…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
TUBERCULOSE BOVINE LESSAY
Canton de Lessay : 200 animaux à abattre
Après quatre cas dans le Calvados, un cas de tuberculose bovine a été détecté fin février dans le canton de Lessay au sein d’un…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité