Aller au contenu principal

Semez votre maïs sur un air de country avec l’ExactEmerge 1725 de chez John Deere

Le semoir monograine ExactEmerge 1725 de chez John Deere a semé son premier maïs en Normandie le 23 mai dernier, au Gaec de la Gerbaudière, à St-Maur-des-Bois (50). Une démonstration proposée par les Ets Lebaudy et qui a retenu l’attention des ETA (Entreprise de Travaux Agricoles).

En service depuis deux ans aux Etats-Unis en 36 voire 48 rangs, le semoir monograine ExactEmerge débarque sur le vieux continent dans sa version européenne repliable de huit rangs. «Il fait partie de la gamme John Deere USA avec le même élément semeur», insiste François Helfter, manager régional de la marque. «Le 1725 est un semoir dit rapide. Aux USA, le maïs constitue la culture reine et si tout n’est pas fait en une semaine, les rendements décrochent à chaque jour de retard».


28 graines à la seconde par élément

En démonstration dans la Manche, cette technologie branchée a fait étalage de tout son potentiel : entrainement de la courroie-brosse électrique, vitesse de travail jusqu’à 16 km/h, coupure de rang par GPS, modulation de dose... «A raison de 85 000 pieds à l’hectare, cela représente 28 graines à la seconde par élément semeur». Testé l’an dernier par deux agriculteurs en Charente et dans les Landes, l’ExactEmergence a su convaincre. «Ce qui m’a séduit, c’est sa régularité de semis du fait de son système à courroie-brosse remplaçant les traditionnels tubes de descente». Pour son confrère, cette technologie constitue une alternative en terme de débit de chantier à un semoir fixe 16 rangs sans les contraintes de transport.

Prise en main aisée

Nos deux testeurs ont également apprécié la prise en main aisée de l’appareil grâce à l’ergonomie des menus de la console Isobus et la possibilité de régler tous les paramètres de l’outil depuis la cabine. Avant d’entrer dans la parcelle, l’opérateur a la possibilité de tester à poste fixe la densité de semis. Il peut aussi affiner au minimum le nombre de doublons ou de manques pour un résultat proche de 100 % d’efficacité en fonction du type de semence et de la variété. Seuls les réglages relatifs au terrage sont bien évidemment à réaliser dans la parcelle. Sur ce point, l’exactEmerge se démarque de la concurrence par sa pression d’appui pneumatique dite active. L’opérateur a le choix entre une pression constante (150 kg minimum correspondant au poids naturel de l’élément auxquels peuvent s’ajouter jusqu’à 180 kg de pression) et une pression d’appui cible informée par des capteurs dans trois roues jauges. Ces derniers ajustent en permanence la pression des huit rangs en fonction de l’hétérogénéité des sols. «Au champ, une fois l’outil parfaitement réglé, on se rend vite compte du potentiel du semoir», apprécie l’un de ses premiers utilisateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité