Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Sept finalistes sélectionnés pour Paris

Sept jeunes manchois partiront à Paris au Salon international de l’agriculture pour participer au Trophée du meilleur pointeur. Ils ont décroché leur sélection lors de la finale départementale à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 6 décembre.

© SL

lll Ils étaient plus de 120 jeunes à s’être déplacés au marché couvert de Saint-Hilaire-du-Harcouët le 6 décembre dernier venant essentiellement des différents établissements d’enseignement agricole du département. C’est une tradition pour les lycées d’accueillir cette épreuve à tour de rôle entre le sud, le centre et le nord. Cette épreuve départementale, orchestrée par le Comité des festivals et les animateurs de race, a permis de déterminer les finalistes pour cette fois-ci l’épreuve nationale à Paris, qui se déroulera lors du Salon international de l’agriculture (SIA).

Des éleveurs mobilisés
Avant cette épreuve, encore fallait-il se démarquer lors des concours cantonaux ou d’établissements agricoles. Les cinq meilleurs de chaque race pouvaient venir à la sélection départementale. Sous le marché couvert, des éleveurs avaient amené des animaux en vue d’être passés au crible par les élèves.  Les ovins venaient du Gaec Cahorel de La Rochelle-Normande, les Blonde Aquitaine du Gaec Aquitaine conduit par Jean-Louis Amelant et les races laitières (Normande et Prim’Holstein) du lycée agricole.
Une grille de pointage
Le principe du concours consiste à juger des jeunes sur leur aptitude au pointage des animaux. L’objectif est de sensibiliser les jeunes à l'importance de la morphologie des animaux reproducteurs et d’encourager les actions de formations professionnelles réalisées dans ce domaine. Les candidats jugent les animaux selon une grille de pointage : qualités corporelles, corpulence, musculature, membres spécifiques, aplombs, allures, aspect général de l'animal. Les réponses des candidats sont comparées à celles d'un jury de référence.

Sept jeunes qualifiés
Pour la race Normande, c’est Florian Hervy de Saint-Lô Thère et Antoine Lefauconnier de Urville-Bocage
qui se sont sélectionnés. Pour la Prim’Hostein, la Manche sera représentée par Antonin Faure du CFA de Coutances et Benjamin Langlois. Dylan Lemée de Mortain et Alexis Roger de Valognes sont sélectionnés pour la race Blonde Aquitaine. Pour les ovins, il n’y a qu’une seule place. C’est Raphaël Legendre qui l’a décrochée. Ce dernier connaît bien le ring de Paris. Il s’exerce dans les différentes races ovines comme laitières ou allaitantes. « C’est une passion, une envie de bien connaître les animaux » assure celui qui a déjà son BTS production animation et futur installé, probablement en début d’année à la suite d’un contrat de parrainage.

Rendez-vous à Paris
Si les dates des trophées des différentes races ne sont pas encore connues, il est fort probable qu’ils auront lieu le dimanche 25 février 2018 pour la race Normande et le lundi 26 février pour la Prim’Holstein. Même si ces trophées se dérouleront pendant les vacances scolaires, la participation de ces jeunes ne fait aucun doute vu leur motivation. Il n’y a plus qu’à s’exercer pour tenter de devenir le meilleur pointeur de la race. Rendez-vous à Paris.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité