Aller au contenu principal

Au Gaec du Val Cordon (50)
Sexage : 6 vêlages et 7 femelles

L’utilisation de semences sexées a démarré en France en 2003 avec quelques taureaux Prim’Holstein. Chez Amélis, l’offre est au catalogue depuis deux ans.

9 chances sur 10
Au Gaec du Val Cordon, on l’a utilisée cette année sur les 3/4 des génisses et ça marche. Depuis le début de cette campagne : 7 femelles sur les 6 premiers vêlages ! “ 9 chance sur 10”, pondère Benoît Vaultier (responsable des ventes sud Manche et Ille et Vilaine chez Amélis). La technique repose sur la séparation mécanique des gamètes mâles et des gamètes femelles, une gare de triage qui n’est donc pas fiable à 100 %. Tant mieux pour le suspense !

Vêlages plus faciles
Utiliser de la semence sexée présente divers avantages. “Le premier objectif recherché, c’est une plus grande facilité de vêlage sur les génisses” commente Benoît Vaultier. En effet, entre un nouveau né mâle et un nouveau né femelle, il y une dizaine de kg de différence sur la balance. Les risques au vêlage sont donc limités.
Autre avantage avancé par Jean-Paul Silande et confirmé par Marc et Guillaume Lhermitte (éleveurs en vaches Normandes à Percy-50) : “plus de femelles à la naissance, c’est à terme plus de vaches en lait à vendre”. L’utilisation du croisement industriel peut s’inscrire dans cette stratégie. De la semence sexée sur génisses pour assurer le renouvellement (et parallèlement accélérer le progrès génétique) et des races à viande sur les vaches plus anciennes pour une production de taurillons par exemple. 

Peu de taureaux cependant
L’utilisation de semences sexées a cependant ses limites. “10 à 15 % de fécondité en moins”, reconnaît Benoît Vaultier. “64 % de réussite en 1ère IA (Insémination Artificielle)”, ajoute Jean-Paul Silande. Et puis l’offre en taureaux est loin d’être exhaustive. “Le nombre de taureaux est encore assez limité du fait des techniques spécifiques nécessaires pour réaliser le sexage de la semence . En Prim’Holstein, nous proposons 5 taureaux Amélis plus 3 via GEN’France. En race Normande : trois. Mais l’utilisation massive sur tout le troupeau n’est pas conseillée. Il n’existe d’ailleurs pas de stratégie unique”, conclut Benoît Vaultier. Et au fait pour quel prix ? De 39 à 45 e la dose.

Les semences sexées disponibles chez Amélis

Race Normande
- Rafiot (Immortel x Diamètre x Valabri).
- Traban (Look x Highlander x Foix).
- Tarpaulin (Léogran x Entoi x Diamètre). 

Race Prim’Holstein
- Climb Isy (Bolton x O Man x Jocko Besne).
- Arthus (Shottle x Champion x Convincer).
- Annex (O Man x Mtoto x Rudolph). 
- Usolen (Ford x Manfred x Lord Lily). 
- Utaik (Teamster x Jesther x Gibbon).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité