Aller au contenu principal

Viande
Si la Normande m'était contée

Alors que l'assemblée générale de la FQRN se déroule aujourd'hui à Caen, Michel Hamel souhaite une meilleure implication des éleveurs et de l'ensemble de la filière.

Michel Hamel, président de la FQRN : "pour conforter la Normande, il ne faut pas rester les deux pieds dans le même sabot".
Michel Hamel, président de la FQRN : "pour conforter la Normande, il ne faut pas rester les deux pieds dans le même sabot".
© ec

Président de la Filière Qualité Race Normande depuis sa naissance en 1992, Michel Hamel, toujours jeune retraité manchois, lance d'emblée un avertissement. "Les chiffres 2013 sont sans appel ; l'activité de la filière a baissé de 30 %". Explication : demande en baisse chez Carrefour due aux prix bas imposés par d'autres groupes de
distribution. Michel Hamel en profite pour indiquer au passage, "les animaux retenus dans la filière ont été payés avec la plus-value habituelle, même si la viande va ensuite dans des circuits de distribution normaux".

Garantie pour l'éleveur
Notre homme défend plus que jamais la race Normande. "Ils sont nombreux à critiquer les filières de qualité. Sans elles, la viande bovine aurait encore plus trinqué voici deux ans encore. Une filière, qu'on se le dise, représente une garantie pour le producteur". Reste qu'il faut encore et toujours, pour les dirigeants de FQRN, reprendre le bâton de pèlerin pour convaincre à tous les niveaux. Une autre difficulté se greffe, l'orientation du schéma de sélection de la race. "Attention, en génétique, à la conformation et à la musculature des animaux proposés, donc au rendement viande. Actuellement les sujets sont trop légers, basés avant tout sur la production laitière. Si on ne rectifie pas le tir rapidement, la Normande va se transformer en Prim'Holstein tricolore". Ce fameux schéma de sélection est officiellement dans les mains de l'OS, mais les unités de sélection mettent régulièrement leur grain de sel dans la réflexion. "La Normande s'est taillé une sacrée réputation sur sa mixité lait/viande", souligne M. Hamel, "à un moment, il faut couper court aux dérives".

L'avenir
Dans la FQRN, il y a les inconditionnels et les opportunistes. "Autre difficulté, la gestion des plannings d'approvisionnement. Les éleveurs en majorité jouent le jeu, mais certains nous livrent par défaut. Je souhaite qu'il y ait plus d'anticipation et surtout une bonne finition des animaux. C'est bien joli de dire que la Normande a une belle filière. Encore faut-il fournir de la qualité, encore de la qualité, toujours de la qualité".  Michel Hamel peste aussi après une vache Normande mise à toutes les sauces en terme de communication, même pour l'anniversaire du Débarquement. "Je ne suis pas d'accord ; un peu d'ordre dans toute cette récupération ne ferait pas de mal".
L'avenir, Michel Hamel le voit avec une remise à plat complète de la race. "Il ne s'agit pas de faire d'un côté des Normandes pour la viande et de l'autre des "pros" du lait mais, une fois de plus, jouer sur cette mixité qui nous est enviée. Prenons la fin des quotas laitiers. La race a une sacrée carte à jouer. Économiquement, il vaut mieux avoir une vache à 7 500 kilos en moyenne avec un veau par an, de la protéine et des coûts de production abaissés, basée sur un maximum d'autonomie alimentaire, plutôt qu'un troupeau coûtant les yeux de la tête en achats extérieurs".
Dernier point, toujours avec le groupe Carrefour -le premier à avoir créé des filières qualité en alimentation- la FQRN va s'attaquer à redynamiser la consommation de viande bovine, en race normande de préférence. "Logique, c'est la seule GMS qui accepte de valoriser et de mieux payer la matière première... de qualité".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité