Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

SM3 dans son nouveau site ergonomique

SM3, filiale machinisme du groupe coopératif Agrial, inaugure inaugure samedi sa nouvelle concession. Un outil ergonomique taillé pour les 20 ans à venir.

lll Vous n’entendrez plus «SM3 Villedieu, bonjour !» mais «SM3 Fleury, bonjour ! » Après avoir siégé une petite vingtaine d’années dans la capitale du cuivre, SM3 déménage de 2,5 km pour poser son savoir-faire à Fleury, à proximité de l’échangeur de Granville.

Un outil pour aujourd’hui et demain
Alors que le secteur de la distribution de la machine agricole subit les contrecoups de la crise de l’élevage, SM3 relève un challenge en investissant dans un outil redimensionné de 2 900 m2 de surface au sol dont 1 500 m2 d’atelier et 850 m2 de bâtiments annexes. «Il s’agit d’un investissement à long terme, souligne son directeur général, Didier Secoué. En récupérant la carte Claas en 2004, nous nous sommes fortement développés dans l’automoteur de récolte, moissonneuses-batteuses et ensileuses. L’ancien site est donc vite arrivé à saturation. Il ne répondait plus non plus aux nouvelles normes de sécurité ou environnementales. Nous nous sommes donc donné les moyens de travailler pour assurer la continuité de notre développement».   La décision d’investir a été prise en 2014. Les premiers coups de pioche ont été donnés en septembre 2015 pour une mise en service en cette fin de printemps 2016. Si SM3 est restée à proximité de son ancien site, c’est que Villedieu constitue le barycentre de sa zone géographique : 1 h 30 maximum à portée de camion de sa base la plus éloignée. Quant à l’ancien site, il reste propriété d’Agrial. Il héberge son activité «froid» ainsi que sa branche Elevance (distribution du matériel de traite GEA).

Une organisation des circuits repensée
«Nous avons pensé un outil qui nous correspond bien», insiste Didier Secoué. Car au-delà de l’investissement matériel, c’est de l’investissement humain que dépend la réussite d’un tel projet. «Toute l’équipe s’est mobilisée pour concevoir son outil de travail des vingt prochaines années».
Le résultat est là. Les couloirs de circulations des machines agricoles mais aussi des camions de livraison et des hommes (mécaniciens, magasiniers, personnel administratif, commerciaux, clients...) ne doivent rien au hasard. Fonctionnalité et sécurité ont constitué les maîtres mots.
Dans l’atelier, un double pont roulant (1,6 t et 5 t) sécurise les interventions sur les gros matériels tout en offrant un gain de temps significatif. 
Aux différents postes, la borne multifluide et la desserte à outils roulantes marquent un changement d’ère technologique. Reste les détails qui ne se voient pas forcément mais qui marquent la différence : éclairage naturel latéral, bennes à déchets recyclables, thermorégulation dynamique, récupération des eaux de pluie, acoustique renforcée, surfaces en enrobé limitées pour favoriser la perméabilité (...), «nous élevons notre niveau qualitatif vis-à-vis de notre clientèle et notre attractivité vis-à-vis du personnel», conclut Didier Secoué.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité