Aller au contenu principal

FDSEA de l'Orne
S'organiser pour ne pas se faire organiser

Les responsables de la FDSEA ont vu juste en plaçant “l’organisation économique des producteurs pour peser sur les décisions” au cœur de leurs travaux d’assemblée générale. Plus de 250 adhérents ont répondu présent. 

Carton plein à la Halle aux Toiles, mercredi dernier à Alençon, pour l’assemblée générale de la FDSEA. Seule l’absence du Préfet de l’Orne (pour cause de devoir de réserve en cette période d’élection) a été regrettée. Dommage pour le représentant de l’Etat. Olivier Borel avait des louanges à lui décerner tant les relations avec le syndicalisme agricole se sont améliorées. “Il faut savoir le dire aussi”, a insisté le président de la FDSEA. Allusion notamment au dossier “calamités agricoles”. Le représentant de l’Etat a joué les facilitateurs face à des lois inadaptées. Des lois qui n’interdisent pas non plus de multiplier par 4 le prix du vaccin contre la FCO. “Il faut rester sérieux, on est sur du sanitaire”, a pointé Olivier Borel.
Bertrand Maréchaux aurait également pu mesurer le dynamisme d’une structure secouée mais pas ébranlée par les luttes fratricides et intestines de la campagne 2009/2010. L’occasion pour Olivier Borel d’adresser un merci à la base. “Le dernier mandat a été terrible. Avoir été président d’union cantonale  ou de sections dans ces conditions n’a pas été facile”. Le renouvellement syndical opéré cet hiver va remettre du charbon dans la chaudière. Renouvellement du pied de la pyramide jusqu’à la gouvernance de la FNSEA : un exercice de démocratie et de transparence qui va s’achever dans les prochains jours.

Une agriculture en 3 D
C’est donc face à une FDSEA droite dans ses bottes que Dominique Barrau a délivré son message. Avant de parler organisation économique à la sauce aveyronnaise, le secrétaire général de la FNSEA a évoqué le contexte historique. “Une agriculture en 3 D : droit d’exploiter, droit à produire, droit à paiement et au bout pas de droit au revenu. Une agriculture administrée qui nous a coupé pendant 20 ans de certaines réalités économiques. On est en train de sortir de ce schéma. Il y a donc nécessité à s’organiser”. On pense bien sûr à la contractualisation laitière avec la fin programmée des quotas mais l’organisation des producteurs est un dossier pluridisciplinaire. Un dossier ancien aussi comme le prouve l’expérience aveyronnaise. C’est en effet en 1927 que des “éleveurs de vaches du pauvre” (Ndrl : la brebis) ont décidé avec des industriels locaux de créer une interprofession. “Une démarche d’hommes avant tout”, a souligné Dominique Barrau qui, sous l’égide du syndicalisme, ont construit une démarche de qualité, de production, de commercialisation au delà de leurs frontières. Cette aventure, c’est l’AOC Roquefort désormais mondialement reconnue. “Une production qui concerne 2 000 producteurs. Si on enlève ça à notre territoire, il ne reste plus grand chose si ce n’est des sangliers”. Autre belle réussite aveyronnaise : le veau rosé. Une aventure initiée en 1986 et portée par la section viande bovine de la FDSEA locale. A l’époque, 80 % des broutards issus des 183 000 vaches allaitantes départementales partaient se faire engraisser en Italie. De la plus-value qui s’envole. Quinze ans de tenacité auront été nécessaires pour organiser une filière producteur/abatteur/distributeur qui valorisent aujourd’hui 16 000 veaux par an. “Il faut accepter d’abandonner une part de liberté. Accepter un cahier des charges. Accepter de dépenser de l’argent avant d’en gagner”, a résumé Dominique Barrau.

Evolution du schéma des structures

Manuella Belliard n’a pas dérogé à la tradition qui veut que JA joue son rôle d’aiguillon. Au terme d’une intervention musclée, parfois un brin provocatrice mais ponctuée d’applaudissements, elle a réaffirmé la nécessité de “faire de l’installation intelligente mais aussi de l’agrandissement intelligent”. Un message en écho à l’intervention de Jean Grimbert (secrétaire général de la FDSEA) pour qui il faut faire évoluer le schéma départemental des structures à cause de la concurrence entre, justement, agrandissement et installation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité