Aller au contenu principal

Conseil régional
“SOS Fourrages” : 500 000 e au compte de la sécheresse 2010

Au titre de l’opération “SOS Fourrages”, initiée au printemps, le Conseil régional va verser 500 000 e à 854 exploitations éligibles.

Laurent Beauvais (président de Région) entouré de François Dufour (vice-président) et Daniel Génissel (président de la Chambre Régionale d’Agriculture) : “le succès qu’a rencontré ce dispositif montre qu’il répondait à une attente forte des exploitants qui connaissent actuellement une véritable crise”.
Laurent Beauvais (président de Région) entouré de François Dufour (vice-président) et Daniel Génissel (président de la Chambre Régionale d’Agriculture) : “le succès qu’a rencontré ce dispositif montre qu’il répondait à une attente forte des exploitants qui connaissent actuellement une véritable crise”.
© TG

L’enveloppe initiale était de 125 000 e. Elle a finalement été multipliée par 4 pour atteindre 500 000 e “mais la région n’ira pas plus loin”, a indiqué Laurent Beauvais, président du Conseil régional, lors d’un bilan de l’opération “SOS Fourrages”. Réponse à la sécheresse 2010, ce dispositif consistait en une aide financière pour atténuer “le surcoût d’achats fourragers effectués entre le 1er février et le 31 mars 2011 par les éleveurs de ruminants confrontés à des stocks de nourriture insuffisants”.
Plafonnée à 1 000 e et indexée selon le pourcentage d’herbe dans l’assolement, cette aide a trouvé son public avec 854 demandes éligibles, principalement dans l’Orne et la Manche (voir graphique) représentant l’achat de 26 000 t de fourrages (dont 15 770 t de paille) au cours de cette période.


Et pour cette année ?
Mais à peine cette petite bouffée d’oxygène aspirée que le spectre d’une sécheresse 2011, encore plus dévastatrice qu’en 2010, se confirme de jour en jour. Les dégâts sont déjà constatés en terres légères pour les céréales sans parler du lin pour lequel de nombreuses parcelles ne seront pas arrachées. Sur le front des fourrages, la situation est également très inquiétante. Pas de repousse d’herbe et “un déficit en paille de 30 % à ce jour”, pronostique Daniel Génissel. Le président de la CRAN (Chambre Régionale d’Agriculture) invite d’ailleurs les agriculteurs, dans la mesure du possible, à ne pas les broyer lors de la moisson avant d’avancer une base de négociation pour moraliser le marché : “la valeur agronomique”, soit de l’ordre de 25 e/t.
Quant à François Dufour, en charge des questions agricoles au Conseil régional, il appelle l’ensemble de la profession à se mobiliser et à se serrer les coudes afin d’établir un état des lieux pour, ensuite, organiser la solidarité. Il avance également l’idée de récolter tous les fourrages. Y compris ceux des domaines publics. Malheureusement, les pelouses de l’Abbaye-aux-Dames, tondues au printemps, sont aujourd’hui grillées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité