Aller au contenu principal

Grande distribution
Sous le vernis du papier glacé : des prix au kg ou au litre qui varient du simple au double

Opération “promotions de rentrée” dans la grande distribution. Sous le vernis d’un papier glacé qui vous arrive dans la boîte aux lettres, mieux vaut regarder le prix au kg ou au litre que les 70 % de réduction sur la 2e barquette. Décryptage.

.
.
© DR

Des offres jamais vues pour l’un qui affirme haut et fort : “la confiance est là”. Pour l’autre, c’est opération “2+1 gratuit, le positif est de retour”. Deux magazines promotionnels de grandes surfaces arrivés ensemble dans la même boîte aux lettres mi-septembre. 36 pages et 47 g de papier pour l’enseigne A. 72 pages et 125 g pour l’enseigne B qui indique en dernière page que “pour ne plus recevoir de catalogues dans votre boîte aux lettres, vous pouvez venir retirer un autocollant”. Où ça ? “A l’accueil de votre magasin”. Grand prince !

Où vais-je aller faire mes courses samedi prochain ?
Pour la ménagère et quel que soit son âge, la question
se pose. “Où vais-je aller faire mes courses samedi prochain ?” Et bien, dans les deux enseignes Madame. Certes, ces quatre produits sortis de ce catalogue et pris au hasard, n’ont pas valeur de sondage. Cette petite enquête montre cependant que nulle enseigne ne dispose du monopole du “moins cher”. On s’en doutait un peu encore faut-il comparer ce qui est comparable (pas toujours facile au vu des informations communiquées sur les produits) en ramenant les prix au kg ou au litre.

Différentiel : pour qui ?
A travers ce casse-tête, toute la question de la répartition de la marge se pose. Si l’on considère une base 100 pour chacun de ces quatre produits les moins chers, son pendant (le plus cher) atteint respectivement 122, 160, 167 et 193. Presque du simple au double à la caisse.
Sachant qu’un distributeur n’a pas le droit de vendre à perte, on peut considérer que, quand il commercialise un produit d’appel, à prix coûtant, il se refait largement la cerise par ailleurs.
On peut comprendre dans ces conditions le peu d’empressement de la grande distribution à montrer, au syndicalisme agricole, ses factures d’approvisionnement. Sa compassion envers les agriculteurs, “on comprend les difficultés des éleveurs”, lors d’opération de stickage prend un drôle de goût. 140 e/1 000 l de marge supplémentaire pour du lait UHT, 360 e/1 000 l pour un produit plus élaboré comme un fromage, “c’est quand qu’on fait la partage ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité