Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Yannick Kéraudy
Soutenir le marché du cidre par la communication

Pour Yannick Kéraudy, directeur des Celliers Associés (Pleudihen-sur-Rance/22), il faut continuer à soutenir le marché du cidre par une communication active. Il faut aussi mieux informer le consommateur en apposant, notamment sur les cidres non pasteurisés, une DLUO (Date Limite d'Utilisation Optimale).

Il n'y a aucune raison pour que le marché explose ou s'effondre en 2007.
Il n'y a aucune raison pour que le marché explose ou s'effondre en 2007.
© TG
Comment évolue le marché du cidre ? Globalement, on peut parler de stabilité. Selon les segments cependant, les tendances sont opposées. Le marché du cidre de table est en nette baisse alors que celui du cidre bouché est en progression. En terme de volume, les hausses compensent-elles les baisses ? Un consommateur de cidre de table, c'est fréquement 1 litre par jour. Un consommateur de cidre bouché : 3 à 4 litres par an. En d'autres termes, quand on perd un consommateur de cidre de table, il faudrait le compenser par 100 nouveaux consommateurs de cidre bouché pour maintenir les équilibres. D'où l'importance de maintenir une communication soutenue et de mieux informer le consommateur en apposant, notamment sur les cidres non pasteurisés, une DLUO (Date Limite d'Utilisation Optimale). Comment s'est comporté, en 2006, le marché du côté des grossistes ? Difficilement car ils se désintéressent de plus en plus du cidre. Nous représentons pour eux un petit marché qui ne s'inscrit pas toujours dans leur stratégie commerciale. Par ailleurs, ces grossistes sont bien souvent des filiales de brasseurs et, face à la baisse de consommation de bière, ils se concentrent sur leur cœur de métier. Et du côté des crêperies ? Elles ont tendance à se "despécialiser" pour faire parallèlement de la saladerie, des pizzas... Elles ajoutent donc à leurs cartes d'autres boissons comme le vin rosé. Ce n'est pas forcément une bonne chose pour le cidre. Quelle évolution en 2007 ? Il n'y a aucune raison pour que le marché explose ou s'effondre. Les transformateurs sont cependant confrontés aux conséquences de la loi Dutreil qui change la donne. Les relations commerciales avec la grande distribution sont plus ardues. Nous devons nous adapter à ce changement en préservant les volumes et la valeur ajoutée de nos produits cidricoles. Propos recueillis par Th. Guillemot
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité