Aller au contenu principal

Yannick Kéraudy
Soutenir le marché du cidre par la communication

Pour Yannick Kéraudy, directeur des Celliers Associés (Pleudihen-sur-Rance/22), il faut continuer à soutenir le marché du cidre par une communication active. Il faut aussi mieux informer le consommateur en apposant, notamment sur les cidres non pasteurisés, une DLUO (Date Limite d'Utilisation Optimale).

Il n'y a aucune raison pour que le marché explose ou s'effondre en 2007.
Il n'y a aucune raison pour que le marché explose ou s'effondre en 2007.
© TG
Comment évolue le marché du cidre ? Globalement, on peut parler de stabilité. Selon les segments cependant, les tendances sont opposées. Le marché du cidre de table est en nette baisse alors que celui du cidre bouché est en progression. En terme de volume, les hausses compensent-elles les baisses ? Un consommateur de cidre de table, c'est fréquement 1 litre par jour. Un consommateur de cidre bouché : 3 à 4 litres par an. En d'autres termes, quand on perd un consommateur de cidre de table, il faudrait le compenser par 100 nouveaux consommateurs de cidre bouché pour maintenir les équilibres. D'où l'importance de maintenir une communication soutenue et de mieux informer le consommateur en apposant, notamment sur les cidres non pasteurisés, une DLUO (Date Limite d'Utilisation Optimale). Comment s'est comporté, en 2006, le marché du côté des grossistes ? Difficilement car ils se désintéressent de plus en plus du cidre. Nous représentons pour eux un petit marché qui ne s'inscrit pas toujours dans leur stratégie commerciale. Par ailleurs, ces grossistes sont bien souvent des filiales de brasseurs et, face à la baisse de consommation de bière, ils se concentrent sur leur cœur de métier. Et du côté des crêperies ? Elles ont tendance à se "despécialiser" pour faire parallèlement de la saladerie, des pizzas... Elles ajoutent donc à leurs cartes d'autres boissons comme le vin rosé. Ce n'est pas forcément une bonne chose pour le cidre. Quelle évolution en 2007 ? Il n'y a aucune raison pour que le marché explose ou s'effondre. Les transformateurs sont cependant confrontés aux conséquences de la loi Dutreil qui change la donne. Les relations commerciales avec la grande distribution sont plus ardues. Nous devons nous adapter à ce changement en préservant les volumes et la valeur ajoutée de nos produits cidricoles. Propos recueillis par Th. Guillemot
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2020, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité