Aller au contenu principal

Yannick Kéraudy
Soutenir le marché du cidre par la communication

Pour Yannick Kéraudy, directeur des Celliers Associés (Pleudihen-sur-Rance/22), il faut continuer à soutenir le marché du cidre par une communication active. Il faut aussi mieux informer le consommateur en apposant, notamment sur les cidres non pasteurisés, une DLUO (Date Limite d'Utilisation Optimale).

Il n'y a aucune raison pour que le marché explose ou s'effondre en 2007.
Il n'y a aucune raison pour que le marché explose ou s'effondre en 2007.
© TG
Comment évolue le marché du cidre ? Globalement, on peut parler de stabilité. Selon les segments cependant, les tendances sont opposées. Le marché du cidre de table est en nette baisse alors que celui du cidre bouché est en progression. En terme de volume, les hausses compensent-elles les baisses ? Un consommateur de cidre de table, c'est fréquement 1 litre par jour. Un consommateur de cidre bouché : 3 à 4 litres par an. En d'autres termes, quand on perd un consommateur de cidre de table, il faudrait le compenser par 100 nouveaux consommateurs de cidre bouché pour maintenir les équilibres. D'où l'importance de maintenir une communication soutenue et de mieux informer le consommateur en apposant, notamment sur les cidres non pasteurisés, une DLUO (Date Limite d'Utilisation Optimale). Comment s'est comporté, en 2006, le marché du côté des grossistes ? Difficilement car ils se désintéressent de plus en plus du cidre. Nous représentons pour eux un petit marché qui ne s'inscrit pas toujours dans leur stratégie commerciale. Par ailleurs, ces grossistes sont bien souvent des filiales de brasseurs et, face à la baisse de consommation de bière, ils se concentrent sur leur cœur de métier. Et du côté des crêperies ? Elles ont tendance à se "despécialiser" pour faire parallèlement de la saladerie, des pizzas... Elles ajoutent donc à leurs cartes d'autres boissons comme le vin rosé. Ce n'est pas forcément une bonne chose pour le cidre. Quelle évolution en 2007 ? Il n'y a aucune raison pour que le marché explose ou s'effondre. Les transformateurs sont cependant confrontés aux conséquences de la loi Dutreil qui change la donne. Les relations commerciales avec la grande distribution sont plus ardues. Nous devons nous adapter à ce changement en préservant les volumes et la valeur ajoutée de nos produits cidricoles. Propos recueillis par Th. Guillemot
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
Publicité