Aller au contenu principal

St Michel recrute 40 personnes

L’usine St Michel installée à Saint-Senier-sous-Avranches (Manche) va créer 40 emplois grâce au Doonuts, un goûter apprécié par les ados. Des travaux sont en cours et la ligne de production devrait être en service en mars 2019. Il ne reste plus qu’à candidater pour décrocher un poste.

© SB

llll La galette ou encore la madeleine St Michel sont des produits phares de la marque, dont un des onze sites de production se situe dans la Manche, à Saint-Senier-sous-Avranches. Mais un autre produit est en train de s’imposer sur le marché, le doonuts. Un marché jugé « très concurrentiel » par Yohann Le Du, responsable du site manchois. Et pour cause, à
l’image des rayons de grandes surfaces, les références se multiplient. St Michel ne compte pas moins de 500 références.

Les enfants en raffolent
Le doonuts a créé au siège du groupe l’année dernière, à Contres (Loir-et-Cher). Il a connu un véritable engouement auprès des ados. « C’est un goûter tout en rondeur avec une texture extra moelleuse et un chocolat croquant », comme le souligne le responsable du site de Saint-Senier-sous-Avranches. « C’est bon ! les enfants en raffolent. C’est nomade », poursuit-il. Le Doonuts a donc été très rapidement « une vraie réussite » pour le groupe qui avec 1 000 tonnes produites n’arrive plus à pour répondre à la demande. « Plusieurs de nos clients sont en rupture. Ce qui n’est pas acceptable », assure Yohann Le Du.

5 à 6 000 tonnes de Doonuts
Alors, 90 ans après avoir été créée, l’entreprise manchoise se dote d’une nouvelle ligne de production, la 10e du site, et d’un 6e four. Elle sera en service dès le mois de mars 2019 pour produire 5 à 6 000 tonnes de Doonuts. « Nous sommes en travaux. Etant propriétaire d’une surface attenante au site, nous allons agrandir, et ce pour les 20 ou 30 ans à venir », se réjouit Yohann Le Du qui voit dans cette évolution la volonté du groupe de pérenniser le site de Saint-Senier-sous-Avranches.

Le recrutement lancé
D’ici là, le service des ressources humaines a d’ores et déjà lancé des campagnes de recrutement. Une quarantaine de postes en CDI est à la clé. Des postes en fabrication, en conditionnement et en maintenance. « Nous avons besoin de conducteur de four, de pétrisseur, conducteur de ligne, techniciens de maintenance ou encore caristes », souligne Cécile Loyer, responsable du service. Si aucun profil n’est arrêté, la recherche va plutôt vers des personnes qui ont déjà travaillé en industrie agroalimentaire. Mais St Michel est prête à former. « Cela peut être en alternance, avec la possibilité de se former également sur 7 à 12 mois », complète la responsable. Aujourd’hui, la moyenne d’âge des salariés de l’usine est autour de 40 ans.

+ 60 % en 2019
Pour ce site de production, qui a intégré le groupe St Michel depuis 2006, la croissance devrait se développer fortement. Effectivement, une évolution de 15 % est attendue pour 2018 et 60 % en 2019. De quoi faire exploser le chiffre d’affaires du site qui est pour cette année de 63 millions d’euros.
Le doonuts trouvera donc une place prépondérante dans l’usine de Saint-Senier-sous-Avranches, aux côtés du palet breton, de la galette au beurre, des goûters au chocolat pour enfants ou encore les tartelettes au chocolat, citron et autres cookies. De quoi faire saliver petits et grands.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
MLC AG
La revanche de la coop sur le grand export
Mardi 8 septembre, les Maîtres Laitiers du Cotentin étaient réunis en assemblée générale. La coopérative annonce la négociation…
Publicité