Aller au contenu principal

Philippe Gosselin, Député de la Manche
Statut de l'animal : du danger d'un amendement voté en catimini

Dans la soirée du mardi 15 avril, Philippe Gosselin est intervenu dans le débat relatif au projet de loi sur la simplification et la modernisation du droit. 

" L'amendement n°59 de Jean Glavany, ancien ministre de l'agriculture,  déposé le matin même (seulement!) et relatif au statut de l'animal, était à l'ordre du jour. Le lien entre cet amendement et le projet est pourtant plus que ténu, pour ne pas dire absent !
Cet amendement, qui introduit dans le Code civil, pour les animaux, la notion "d'être vivant doué de sensibilité" d'où découle un statut spécial, aura des conséquences majeures. De la sensibilité aux questions animales on passe à une vraie sensiblerie !
Il ne s'agit pas de nier une place à part aux animaux de compagnie. Ceci est un débat qui peut être, en effet, ouvert et même juridiquement, pourquoi pas.
Il ne s'agit pas, non plus, de contester le volet pénal qui existe légitimement déjà dans le droit, et qui permet de condamner des personnes qui infligent des souffrances injustifiées ou des cruautés aux animaux.
Non ! Il s'agit, ici, avec l'amendement de Jean Glavany, de reconnaître un statut particulier à TOUS les animaux, sans exception ! L'ancien ministre reconnaît lui-même que cela met un pied dans la porte. Des écologistes n'ont pas manqué de s'y engouffrer et de tenter de profiter de la nouvelle logique. En proposant la suppression des corridas. Ou des combats de coqs.
Ces amendements écolo ont été fort heureusement repoussés ! Mais demain ??!!
Demain, c'est l'agriculture qui sera menacée, la louveterie, la chasse à courre voire la chasse tout court !! Et que dire des conséquences éventuelles pour les agriculteurs, les laboratoires, les abattoirs ... qui pourraient  se trouver dans des conflits juridiques très difficiles ?!
Cet amendement,  voté en catimini, mais avec un avis positif du gouvernement représenté par Christiane Taubira, Garde des Sceaux, sans évaluation, sans concertation avec les professionnels, va à l'encontre des engagements du Président de la République, donnés il y a simplement quelques semaines à la veille du salon de l'agriculture!
Encore un reniement de la parole présidentielle décidément démonétisée pour la majorité ! Si cette majorité s'en moque, il est regrettable que le Pays, par de tels votes, perde un peu plus le sens des réalités!!"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité