Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

DIVACLOT SUR
Stéphanie clôture malin

En moins d’un an, 6 TIG (Travaux d’Intérêt Général) se sont succédé sur la ferme de La Baronnie. Résultat : plus de la moitié des clôtures a été refaite à neuf.

Le boulot ne manque pas à la ferme de La Baronnie à Douvres-la-Délivrande, entre Caen et la mer. Fraîchement installée, Stéphanie Lehodey transforme toute sa production laitière (environ 60 000 l/an) pour la valoriser en vente directe. Une vingtaine de vaches laitières (plus les génisses), quelques cochons et une cinquantaine de chevaux en pension. Des chevaux pour lesquels elle a agrandi ses surfaces en herbe : de 9 à 21 ha de prairies sur un total de 70 ha.

Des prairies qu’il faut clôturer
Des prairies neuves qu’il faut clôturer et des prairies anciennes dont il faut changer les barbelés vieux de 40 ans par des palissades plus adaptées aux équidés. Un impératif de sécurité aussi dans cette zone périurbaine. Un gros chantier gourmand en temps, attend Stéphanie. C’est aussi une charge financière supplémentaire à assumer.
Administrateur de JA (Jeunes Agriculteurs), c’est à l’occasion d’une réunion avec ses collègues qu’elle découvre le dispositif DIVACLOT SUR (lire ci-contre). Début 2007, elle prend contact avec le Lieutenant Gely qui lui explique le fonctionnement. En moins d’un an et grâce à l’aide de 6 TIG, la moitié du chantier a été réalisée.

Jogging blanc et polo Lacoste
Merci à l’administration pénitentiaire, c’est un super dispositif”, clame Stéphanie à l’intention des institutions. “N’ayez aucune appréhension à faire entrer un TIG sur votre exploitation”, à destination de ses collègues agriculteurs. Stéphanie a pourtant douté lors de son premier contact avec un TIG. “Il est arrivé en jogging blanc, polo Lacoste, se souvient-elle rictus aux lèvres. On lui a prêté une paire de bottes. Il était heureux comme tout”.
Et là réside peut-être l’essentiel. Bien sûr, DIVACLOT SUR, c’est une histoire de clôture. Mais au-delà, c’est aussi une histoire de relations humaines.
Les TIG de Stéphanie ont entre 18 et 45 ans. Elle ignore ce qu’ils ont fait. Ou elle le sait, certains se confient. Mais tous se découvrent une passion pour l’agriculture, et plus particulièrement les animaux, quand ils sont au grand air. Nous sommes à 10 km du cœur de Caen !
Th. Guillemot
Lieutenant Gely :
une opération de sécurité routière
• Le Lieutenant Gely est le Monsieur DIVACLOT SUR du Calvados. “Une opération de sécurité routière”, insiste-t-il qui, en rénovant les clôtures, a pour objectif de diminuer de façon significative la divagation des animaux. Elle est menée en collaboration avec l’administration pénitentiaire (service d’insertion et de probation) et bénéficie du soutien d’OPA comme Groupama et la FDSEA. Elle consiste en la mise à disposition de TIG (Travaux d’Intérêt Général) au bénéfice d’éleveurs. Seule contrainte pour l’agriculteur : chercher et ramener tous les jours le TIG à un point déterminé et le nourrir le midi. Depuis son démarrage, 84 TIG ont réalisé 222 km de clôtures principalement en Pays d’Auge et Bocage. Pour quel impact ? La divagation d’animaux a diminué de 2,5 % en 2006 (par rapport à 2005) et presque d’autant en 2007. DIVACLOT SUR, qui pourrait se mettre en place dans la Manche et l’Orne, se poursuit en 2008. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à appeler le Lieutenant Gely au 06 72 44 19 89 ou contactez la FDSEA au 02 31 70 88 16.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité