Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Culture
Stratégie de désherbage du maïs : difficile en un passage

Près d’un hectare sur deux de maïs ne reçoit qu’un seul traitement herbicide. Comme pour les autres points de l’itinéraire technique, les pratiques de désherbage tendent vers la simplification. Pourtant les essais montrent que cette pratique garantit rarement un résultat suffisant.

Les stratégies en 2 passages sont les plus sécurisantes

Une compilation des résultats d’essais du réseau désherbage maïs réalisé en Normandie par Arvalis et ses partenaires (Chambres d’Agriculture et Coop de Creully) montre clairement la difficulté d’obtenir des résultats satisfaisants avec un seul passage. Quel que soit le stade du premier passage (prélevée, post-levée précoce avec produits à action racinaire, ou post-levée classique) et le coût de ce premier passage (de 25 €/ha à plus de 50 €/ha), un deuxième traitement est le plus souvent nécessaire pour assurer une propreté suffisante et l’absence de nuisibilité sur la culture (graphique).

La prélevée : intéressant sur graminées et véronique

La stratégie de pré-levée est à privilégier dans les situations avec véronique de perse et/ou graminée estivales. En effet, ces adventices sont difficiles à maîtriser en post-levée. C’est aussi une stratégie qui offre de la souplesse pour positionner l’éventuel traitement de rattrapage en post-levée. Toutefois, la réussite de la pré-levée est conditionnée par une bonne humidité du sol au moment de l’application et est nettement améliorée par un cumul de pluie significatif (au moins 10 mm) dans les 10 à 15 jours suivants l’application. Aujourd’hui, plus aucun produit de prélevée ne présente un spectre complet. Un rattrapage sera donc à prévoir, notamment en présence de renouées liseron et mercuriales.


La post-levée très précoce : un positionnement parfois difficile

Le traitement de post-levée très précoce est un compromis entre la stratégie de prélevée et celle de post-levée. Il s’agit d’intervenir tôt, à 2-3 feuilles du maïs, sur des adventices non levées ou au stade plantule (3 feuilles maxi). Les produits utilisés ont un spectre d’efficacité assez large et associent plusieurs modes d’action : racinaire et foliaire. Comme pour les traitements de prélevée, les produits à action racinaire nécessitent une humidité suffisante après le traitement. L’efficacité des produits foliaires est conditionnée par une flore jeune et une bonne hygrométrie lors du traitement.Avec cette stratégie, l’objectif est de gagner en persistance d’action par rapport à un passage de pré-levée. Cependant, un rattrapage de post-levée n’est pas exclu pour contrôler les relevées en cours de cycle.

La double post-levée : résultats réguliers

La stratégie de double post-levée est adaptée aux flores dicotylédones ou à faible pression graminées. Dans les réseaux d’essais, ce programme donne régulièrement de bons résultats, dans la mesure où le premier passage est réalisé suffisamment tôt, avant 3-4 feuilles des adventices. En présence de dicotylédones difficiles, notamment renouées, mercuriale, fumeterre, véronique…, les herbicides compléments anti-dicotylédones de post-levée, appliqués en association avec le mélange [tricétone + sulfonylurée] régularisent les efficacités (tableau).Quel que soit le stade du premier passage, un rattrapage de post-levée peut être réalisé soit par désherbage chimique, soit par binage(s). Les stratégies “combinées”, associant intervention chimique et binage(s) procurent des niveaux d’efficacité et de sélectivité proches des stratégies “tout chimique” dans la mesure où les facteurs de réussite du binage sont réunis (voir tableau article “Conditions réussite désherbage maïs”).En cas de présence de vivaces, les produits de complément (Peak, Biathlon, Cadeli) peuvent être remplacés par Casper (100 g) ou Conquérant (200 g). Toutefois, sur ces adventices difficiles à détruire, la meilleure stratégie est d’utiliser des produits spécifiques (Banvel 4S, Kart ou Cambio) et de réaliser 2 applications fractionnées : 2/3 de la dose avant 6 feuilles et 1/3 de la dose après 8 feuilles.Pour des raisons de sélectivité, le mélange tricétone + sulfonylurée + dérivé auxinique (par exemple, Callisto + Milagro + Banvel) est déconseillé. Si toutefois ce mélange est pratiqué, il convient de respecter le stade de la culture et les conditions climatiques autour de l'application.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité