Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Sur-réglementation : les raisons de la colère

La sur-réglementation sature les agriculteurs. Ils l’ont fait savoir la semaine dernière en déversant devant la DDTM Manche foin, paille et papiers.

© EC

“Ras-le-bol d’être plus blanc que blanc !” lancent Jean-Hugues Lorault (JA), Sébastien Amand et Jean-Michel Hamel (FDSEA). En s’adressant aux quelque 80 agriculteurs réunis devant la DDTM mardi 24 juin, les responsables syndicaux ont martelé leurs revendications, notamment sur la reconnaissance de leur spécificité concernant l’utilisation de produits phytosanitaires ou encore la modification du statut de l’animal.

Directive nitrates
Si l’ensemble des manifestations agricoles saint-loises se termine d’habitude devant la préfecture, la FDSEA et les JA avaient choisi de cibler la DDTM. “Nous estimons ne plus avoir la confiance qui nous est nécessaire de la part de l’administration. Un exemple, on en rajoute une couche avec la directive nitrates, alors que la qualité des eaux s’est améliorée dans le département”. Au fil des minutes, un mur de paille et de foin est dressé devant les locaux, avant que ne soit déversée une pleine benne de papiers, symbolisant la surenchère administrative.
“L’attitude de deux ministres,
Stéphane Le Foll (agriculture) et Ségolène Royal (écologie), est écœurante. Ce sont les “Bonnie and Clyde” de la décroissance agricole”. Une inquiétude économique couronne le tout. “Alors que les quotas laitiers disparaissent, notre compétitivité se trouve freinée par tout cet arsenal de mesures. La Manche, leader au niveau de l’installation, va en payer le prix. Les jeunes sont écœurés. Tout ce que nous demandons, c’est de nous redonner confiance”.
La manifestation s’est terminée en fin de matinée sur une dernière phrase. “Le gouvernement avance des enjeux de santé publique, alors que nous sommes les champions de la sécurité sanitaire. Attention à un autre enjeu, celui des emplois en milieu rural”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité