Aller au contenu principal
Font Size

Pois
Surveiller l’anthracnose

La rentabilité des traitements fongicides sur la culture de pois de printemps est moins “automatique” que celle des traitements pratiqués sur les céréales à paille.

Il importe donc de les raisonner au mieux pour économiser des charges ou éviter de perdre des quintaux. Cette année, excepté sur certaines parcelles de pois d’hiver (en lien avec les dommages subis cet hiver par le gel), le risque est à ce jour faible dans la grande majorité des parcelles.

L’anthracnose est la maladie du pois la plus fréquente et la plus nuisible : 25 q/ha en cas de très forte attaque. Les symptômes se présentent sous forme de nécroses brunes s’installant à la base des tiges et de ponctuations de couleur brun foncé sur feuilles et gousses. Le développement de la maladie est favorisé par un inoculum précoce, des pluies fréquentes, un peuplement dense, une floraison longue.

Dans certaines parcelles (cas très rares ces dernières années), on peut observer du botrytis. Il s’agit d’une pourriture grise, s'installant d'abord sur les pétales, puis sur les gousses ou à l'aisselle des feuilles lors de la chute des pétales. Des conditions d’hygrométrie et de températures élevées lui sont favorables.
Le déclenchement des interventions doit se faire dès l’apparition des premiers symptômes d’anthracnose. En pois de printemps, il est rare de rencontrer des symptômes avant le stade début floraison. Seule la protection pendant la floraison est nécessaire. Le chlorothalonil reste la solution la plus économique dans la majorité des parcelles.

.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
AGNEAU PRE SALE
Accrocher les wagons AOT à la locomotive AOP
Après 30 années de travail, l’agneau de pré-salé a enfin obtenu le fameux sésame AOP. Mais la vie dans les herbus n’est pas un…
Publicité