Aller au contenu principal

Pois
Surveiller l’anthracnose

La rentabilité des traitements fongicides sur la culture de pois de printemps est moins “automatique” que celle des traitements pratiqués sur les céréales à paille.

Il importe donc de les raisonner au mieux pour économiser des charges ou éviter de perdre des quintaux. Cette année, excepté sur certaines parcelles de pois d’hiver (en lien avec les dommages subis cet hiver par le gel), le risque est à ce jour faible dans la grande majorité des parcelles.

L’anthracnose est la maladie du pois la plus fréquente et la plus nuisible : 25 q/ha en cas de très forte attaque. Les symptômes se présentent sous forme de nécroses brunes s’installant à la base des tiges et de ponctuations de couleur brun foncé sur feuilles et gousses. Le développement de la maladie est favorisé par un inoculum précoce, des pluies fréquentes, un peuplement dense, une floraison longue.

Dans certaines parcelles (cas très rares ces dernières années), on peut observer du botrytis. Il s’agit d’une pourriture grise, s'installant d'abord sur les pétales, puis sur les gousses ou à l'aisselle des feuilles lors de la chute des pétales. Des conditions d’hygrométrie et de températures élevées lui sont favorables.
Le déclenchement des interventions doit se faire dès l’apparition des premiers symptômes d’anthracnose. En pois de printemps, il est rare de rencontrer des symptômes avant le stade début floraison. Seule la protection pendant la floraison est nécessaire. Le chlorothalonil reste la solution la plus économique dans la majorité des parcelles.

.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

moisson 2021
La qualité des blés se dégrade avec la pluie
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité