Aller au contenu principal

Sylvie Raynault replante les noyers normands

Sylvie Raynault est nucicultrice à Saint-Denis-sur-Huisne (61), dans le coeur du Perche. Installée depuis 7 ans, elle inaugure une nouvelle boutique à Saint-Martin-du-Vieux-Bellême, le 2 novembre, où elle exposera aussi des oeuvres sur bois.

© DB

lll Sylvie Raynault est une percheronne pure souche, « née à Nogent-le-Rotrou, l'ancienne capitale du Perche ». Elle possède 1 500 arbres, ce qui a représenté 6 tonnes de noix l'an dernier ; seulement 3 cette année, à cause du gel de printemps. La récolte s'effectue en septembre / octobre, elle vient de s'achever. Après le séchage, le cassage et le tri permettront de mettre les cerneaux de côté pour réaliser de l'huile, de la farine, des biscuits (le Gat'aux noix et le Sablinoix) et les Noix-Prali, au gingembre (cultivé à la ferme) et à la cannelle. Jusqu'en mars, la productrice casse et trie régulièrement. La production de noisettes vient en complément, environ 300 kg par an, transformée en huile et farine. Sylvie Raynault fait le trajet jusqu'en Poitou-Charentes pour confectionner ses produits d'épicerie fine dans son laboratoire. Elle les vend à la ferme et souhaite les rapatrier dans cette nouvelle boutique. Située dans la cour de la scierie où elle travaille le samedi matin, elle a vu dans les deux pièces vides attenantes à l'atelier, un lieu idéal pour développer son épicerie. Elle y prévoit aussi un atelier de pressage à façon « pour ceux qui ont des noyers et qui veulent faire faire leur huile ».

Noix normande
Après une carrière dans l'évènementiel, Sylvie Raynault revient dans son Perche natal et retrouve la noix, chère à son coeur. « Ma grand-mère possédait trois noyers. Je l'accompagnais à la cueillette. » La Normandie a longtemps été une terre de noyers. Au cours de la Première guerre mondiale, le bois a servi à l'industrie de l'armement, puis le débarquement de 1944 a achevé les dernières productions. Et pourtant, « le noyer se plaît sur les terres normandes, un arbre qui a besoin de beaucoup d'eau. Ici, pas besoin de drainer. Les repousses sont naturelles ». Dans la noyeraie où elle a planté 200 arbres avec son conjoint et son beau-frère, la végétation est dense pour éviter que les chevreuils ne dévorent les jeunes pousses. Les plants, des greffons de six ans, ont bien poussé malgré la sécheresse. Ils donneront dans six ans. « Je plante pour les générations à venir », conclue la productrice.

Pratique

Inauguration samedi 2 novembre de 9h à 18h. Inauguration officielle à 11h
Scierie du Vieux Bellême, dans le centre-bourg de Saint-Martin-du-Vieux-Bellême (61)
Restauration artisanale sur place, expositions et marché fermier
http://leparifou.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité