Aller au contenu principal

L'informatique au service des éleveurs
“Synel me simplifie la vie”

En adoptant le logiciel Synel et un “pocket”, Eric Lepage gère tout son élevage sans faille.

Damien Marie (à gauche) et Eric Lepage, “Synel ? Simple, clair et net”.
Damien Marie (à gauche) et Eric Lepage, “Synel ? Simple, clair et net”.
© E.C.
“Je peux tout faire avec !” Eric Lepage, éleveur laitier à Saint-Jean des Baisants, non loin de Saint-Lô, fait défiler les pages sur son écran. Pas de doute, Synel, outil informatique permettant de saisir les notifications, les saillies naturelles, d'interroger les données concernant les inséminations, les résultats de contrôle laitier, l'inventaire des animaux etc... est promis à un bel avenir. Midi ou soir Aujourd’hui, c’est une journée un peu spéciale pour Eric Lepage. Damien Marie, technicien de l'identification manchoise (AIAM) vient finaliser “Synel Web” et la synchronisation avec le “pocket”. Un mini-ordinateur, à peine plus grand qu’un paquet de cigarettes, qui permet de saisir à la stabulation, dans les champs, etc... toutes les informations concernant le troupeau. “Le midi, ou le soir, on connecte le “pocket” à l’ordinateur et toutes les données sont immédiatement transférées”. Déclaration en deux minutes Eric Lepage ne tarit pas d’éloges sur Synel, “je ne comprends pas qu’il y ait encore des éleveurs avec un cahier et un crayon, même le minitel me semble dépassé”. Et notre homme d’ouvrir son portable pour effectuer une déclaration de naissance. En moins de deux minutes, tout est enregistré, Eric recevra les papiers de l’animal le surlendemain. “Outre les déclarations, les dates de vêlage ou autres, je gère mon stock de boucles ou encore mes cultures (fertilisation). Idem pour la pharmacie de l’élevage”. Bref, une traçabilité sans faille. “Par ailleurs, en fonction des paramètres que j’ai rentré je reçois des alertes sur les animaux à vêler ou autres”. Il faut avouer que la démonstration est impressionnante. Clair, simple, Synel s’avère un outil passionnant... à condition de tout entrer en temps en heure. Damien Marie, de son côté, a fini de synchroniser le “pocket”. “Nous en sommes à 911 abonnés Synel au 1er janvier dont 130 avec “pocket”. Chiffre relativement modeste, mais cela s’accélère, “je vais effectuer huit installations cette semaine”. Eric Lepage, lui, plaide pour une baisse des coûts. “Comme tout est saisi automatiquement par l’éleveur, on pourrait encore payer moins cher...” Damien Marie réplique aussitôt, “les abonnés Synel bénéficient déjà d’une réduction de 0,55 euro par bovin par rapport au système manuel”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2020, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité