Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Thibaut Giraud, administrateur des Jeunes agriculteurs de Normandie " Faire tilt dans la tête des jeunes "

Les Terres de Jim se déroulent en Ille-et-Vilaine, du vendredi 7 au dimanche 9 septembre. Les JA Normandie investissent les Halles de Jim pendant trois jours. L'équipe régionale défendra les couleurs des départements, lors du plus grand festival de la Terre de l'Hexagone.

Thibaut Giraud, administrateur des Jeunes agriculteurs de Normandie.
Thibaut Giraud, administrateur des Jeunes agriculteurs de Normandie.
© J.P.

Les Halles de Jim, qu’est-ce que c’est ?

C’est un super marché en plein air. Une sorte de village, avec des stands tenus par les structures régionales des JA. Y participe qui veut. Nous faisons déguster et vendons des produits de notre terroir. C’est la première fois que nous y participons en tant que « grande » Normandie. Les JA de la Manche et du Calvados prennent le dossier en charge. Des bénévoles de l’Eure, de l’Orne et de Seine-Maritime nous rejoindront sur place.

Comment vous y préparez-vous ?

Nous sommes une dizaine à travailler sur le projet. Au niveau logistique, nous préparons une vitrine réfrigérée et des frigos. Nous devons trouver les produits que l’on proposera sur place : du cidre, du calvados, du pommeau, de la glace, du camembert, des terrines, des yaourts, etc.

Où vous fournissez-vous ?

Chez les producteurs. Nous avons aussi un partenariat avec les lycées agricoles normands. Le lycée de Saint-Lô Thère, par exemple, fabrique le camembert. Le lycée de Coutances se charge de regrouper les produits que nous emportons. Tout doit être arrivé sur place le jeudi midi.

Qu’est-ce qui vous motive à y participer ?

Il y a la proximité, Javené se situe à côté de la Normandie. Et l’envie de communiquer sur notre métier et notre région de façon positive : 100 000 visiteurs foulent les Terres de Jim sur trois jours. Vendredi est une journée axée sur les scolaires. Nous espérons faire tilt dans la tête des jeunes, leur donner envie de se former aux métiers de l’agriculture et pourquoi pas, encore mieux : devenir agriculteur.

Et vous personnellement, pourquoi vous impliquez-vous ?

C’est une première fois pour moi aussi. Je constate que notre métier est mal compris des citadins. À nous de communiquer dessus ainsi que sur nos pratiques. Les Halles de Jim permettent d’échanger directement, et non par écrans interposés. Je suis très actif sur les réseaux sociaux. J’ai mis une vidéo, la semaine dernière, où l’on voit les vaches aller à la salle de traite tôt le matin. Comme nous, elles n’aiment pas la chaleur. J’aime contrer les associations anti tout en montrant que nous faisons bien notre travail.

Retrouvez la vidéo invitant aux Halles de Jim sur la page Facebook Jeunes agriculteurs de Normandie

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité