Aller au contenu principal

INTERVIEW
Thibaut Verhaeghe, membre de JA 61 : "C’est à nous, les jeunes, de parler de notre travail "

Thibaut Verhaeghe, 26 ans, est installé à Saint-Symphorien-des-Bruyères, dans le canton de L’Aigle. Il repart pour un troisième mandat au sein du bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne.

THIBAUT VERHGAEGHE JA 61
« Un jour, j’ai expliqué à des habitants pourquoi les veaux étaient dehors avec leur mère. J’aime expliquer comment nous travaillons », note Thibaut Verhaeghe.
© DR

>> Thibaut Verhaeghe, qui êtes-vous ?
Je suis fils d’agriculteur. J’ai un frère et une sœur. Je suis le dernier des trois. J’ai suivi un bac STAV au lycée du Robillard puis un BTS productions végétales. Je suis parti en stage cinq semaines, dans une ferme céréalière en Angleterre. C’était très enrichissant. Ensuite, je suis revenu travailler à la ferme de mes parents. À l’époque, il y avait 180 ha, en polyculture élevage allaitant. Je suis resté salarié pendant cinq ans, avant de m’installer le 1er avril 2019 en Gaec avec mon frère. Il avait son exploitation, on a groupé les deux structures. Maintenant, on compte 295 ha dont 160 ha de surface fourragère, 100 mères Charolaises et on produit 580 000 l de lait en AOP camembert. Je m’occupe à 100 % de l’atelier allaitant et j’épaule mon frère pour les laitières. Depuis un mois, on emploie un salarié à mi-temps.

>> Comment avez-vous commencé chez les Jeunes agriculteurs ?
J’ai commencé en 2011 pour l’organisation de la Fête de la terre à L’Aigle. Je n’étais pas encore majeur. Mon frère, à l’époque, était trésorier du canton. J’ai suivi ! Quand j’étais à l’école, j’ai continué à participer aux activités du canton. Puis, j’ai remplacé mon frère en tant que trésorier. Il y a six ans, j’ai été élu président de canton. Je ne le suis plus aujourd’hui. Quand je suis revenu travailler à la ferme après mon BTS, je cherchais à voir d’autres modèles d’exploitations, d’autres fermes, échanger pour ne pas rester enfermé dans ce que je connais. C’est aussi pour ça que je me suis engagé chez JA. Alors, j’ai pris le temps de m’impliquer à l’échelle du département. Ça m’a plu. J’ai été élu secrétaire général adjoint, puis secrétaire général. Je me suis installé au cours du dernier mandat. Je me suis posé la question de continuer ou pas : quand on s’installe, la charge de travail est importante, en plus on construit un nouveau bâtiment. J’ai envie de consacrer du temps à ma vie de famille. Je me suis demandé si j’étais encore capable de me dégager du temps pour JA.

>> Et la réponse est oui.
Ça me tenait à cœur de rester au bureau, de continuer à défendre le métier. C’est à nous, les jeunes, d’être présents pour parler de notre travail. Si nous ne le faisons pas, d’autres le font à notre place. Nous devons communiquer, montrer ce qu’on fait de bien, notre travail de qualité, pour supprimer les images négatives qui circulent à nos dépens. Cela passe par une communication positive sur les réseaux sociaux, des discussions avec ses voisins, ouvrir sa ferme et montrer notre travail. Pendant les deux derniers mandats, on a réussi à gagner les élections à la Chambre d’agriculture, on a conservé la carte des zones défavorisées, la DJA. Ce sont des faits marquants.

>> Quel est le défi à relever pour le prochain mandat ?
Nous n’avons pas pu organiser de Fête de la terre à cause de la crise sanitaire de la Covid-19. L’événement est un point d’unification, ça fait rentrer des jeunes dans le syndicat car nous travaillons tous, dans un canton, avec un même objectif. Nous devons faire en sorte que ça bouge, que les uns et les autres donnent leur avis, mobiliser les jeunes quand nous menons des actions. Nous devons continuer à être présents sur le territoire, à animer le réseau, à faire circuler les informations. La série de portrait dans le journal est un moyen de nous faire connaître.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

circulation engins agricoles
Il manque 50 cm pour la circulation des engins agricoles
La circulation des tracteurs et autres engins agricoles en zones périurbaines ou en cœur de bourg devient de plus en plus…
Aurélie Cauchard au Meilleur pâtissier
Aurélie Cauchard sélectionnée au Meilleur pâtissier
Agricultrice à Savigny (centre Manche), Aurélie Cauchard est montée à Paris pour tenter une nouvelle aventure. Elle sera dès ce…
SUCRERIE CAGNY - BETTERAVES
Projet de sucrerie dans le Calvados : un dossier refermé mais toujours en veille
Le projet d’étude d’une nouvelle sucrerie dans le Calvados, pour faire suite à la fermeture de Cagny, est refermé. Les…
Visite Xavier Bertrand - 61
Xavier Bertrand prend les agriculteurs aux tripes
Le président des Hauts-de-France a rencontré une poignée d’agriculteurs samedi 9 octobre 2021 à la foire Saint-Denis à Montilly-…
SOJA MOISSON
Le soja se moissonne sous un soleil d’octobre pas si chaud
Dans la plaine de Caen, à Creully-sur-Seulles, Virginie Sartorio a moissonné sa parcelle de soja, lundi 11 octobre 2021. L’…
VIDEO. L’andaineur à tapis améliore la qualité des fourrages
Florian Lottin est entrepreneur de travaux agricoles à Villedieu-lès-Bailleul dans l’Orne. Aussi à la tête de sa propre…
Publicité