Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Thierry Leroux place la Normande sur le devant de la scène à Caen

llll Thierry Leroux, éleveur à Courtonne-les-deux-Eglises associé en Gaec avec sa femme, participe au concours départemental de la race Normande à la Foire internationale de Caen. La vache mérite, selon lui, de remonter dans l’estime de l’Homme. Rendez-vous sur le ring, samedi 23 septembre

© JP

>> Pour quelles raisons participez-vous au concours ?
C’est une passion. Mon père y participait, il m’a transmis le virus. Et puis, je trouve que la vache est le parent pauvre des animaux. Elle est vue comme une bête de somme alors que le chien et le cheval sont les meilleurs amis de l’Homme.
En France, nous consommons un litre de lait par jour et par personne. Même si on n’en boit pas. Il y a du lait dans les fromages, les barres chocolatées, les biscuits, etc. La vache est importante. En particulier la Normande, qui est toujours dans le peloton de tête. C’est une vache complète, belle, équilibrée et calme. Elle est souvent mise en retrait. J’ai envie de la remettre à sa place grâce au concours.

>> Comment sélectionnez-vous vos bêtes de concours ?
Au coup d’œil. J’ai la chance d’avoir deux filles passionnées. Ensemble, nous choisissons les plus équilibrées, celles qui sont faciles à traire, avec une belle mamelle, larges et profondes de corps. Et celles qui sont bonnes productrices, car il existe des critères minimums à atteindre pour s’inscrire. Je me base aussi sur les références du contrôle laitier. Cette année, j’en ai inscrit sept.


>> Faites-vous de la sélection génétique ?
Oui, comme tout éleveur. Mais pas spécifiquement pour les concours. Je cherche à corriger les défauts par la génétique, pour avoir des vaches de troupeau fonctionnelles.

>> Comment préparez-vous les vaches au concours ?
Il faut du temps, du temps, du temps. Je choisis la vache un mois avant le concours. La bête est assez docile, mais elle est perdue quand on lui met un licol. Au début, je ne mets pas de corde. Puis, je l’attache, deux ou trois fois pendant une heure, pour qu’elle ne tire plus sur la corde.
Puis je la prends en main, pour qu’elle marche et qu’elle suive l’homme. C’est un gros travail, il n’y a pas beaucoup de gens qui ont le temps de le faire. Mes filles m’aident au dressage. C’est un vrai chantier de famille.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité