Aller au contenu principal

Thierry Morel (animateur prévention de Groupama Centre Manche) : conduire un tracteur, pas qu’une question d’âge

La réglementation concernant la circulation des tracteurs et des matériels agricoles évolue régulièrement et il n’est pas toujours évident d’être bien informé sur les dernières dispositions prises en la matière. Dans le cadre de la prévention, les caisses locales Groupama de Livarot, Orbec et St-Pierre-sur-Dives, ont organisé une réunion d’information portant sur ce thème.

© VM

Qui est à l’initiative de cette journée ?
Cette journée est à l’initiative des trois caisses locales de Saint-Pierre-sur-Dives, Livarot et Orbec. Nous avons souhaité inviter tous les possesseurs de tracteurs, retraités comme actifs. Nous avons envoyé 400 invitations. C’est ma cinquième réunion sur ce sujet.

Quelle est la question récurrente ?
La question récurrente, selon le critère d’âge, est : qui peut conduire un tracteur ? Ai-je besoin d’un permis ? Nous avons beaucoup débattu sur ce sujet. Sur le terrain, on se rend compte que les choses ne sont pas très claires.

La question de la conduite du tracteur se pose notamment pour les retraités. Quel est votre message ?
Pour un tracteur, la dispense de conduite avec un permis poids lourd s’applique aux exploitants agricoles. Avant, cette dispense n’était pas autorisée pour les retraités agricoles. Depuis mars 2012, la règle a changé. Si l’ancien agriculteur a son permis voiture, le poids lourd n’est pas obligatoire pour conduire des engins agricoles sans limites de tonnage. C’est plutôt une bonne nouvelle pour les agriculteurs à la retraite qui ont conservé un tracteur.  Ils doivent cependant changer le carburant de leur engin. Le fioul détaxé ou GNR est réservé à un usage agricole. Pour faire tourner un tracteur hors cadre agricole, un carburant normal est donc nécessaire.

Lorsque les retraités aident sur leur ancienne ferme, quelles règles ne doivent pas être oubliées ?
Beaucoup de retraités donnent un coup de main bénévole à leurs enfants, ils doivent absolument être déclarés à la MSA.  Les accidents de la route et du travail seront couverts. C’est très important. Dans les us et coutumes, on se file un coup de main. Mais tout actif agricole doit vraiment être déclaré. La MSA communique également sur ce sujet et peut donner plus de renseignements.

À l’inverse, quelles sont les restrictions pour les jeunes ?
J’ai rappelé que la conduite d’un tracteur n’est permise qu’à partir de 16 ans dans le cadre de l’activité agricole. La condition : la largeur ne doit pas dépasser 2,5 mètres. Passé 18 ans, un actif agricole n’a pas cette limite.

Quand vous circulez dans la campagne normande, quelles erreurs remarquez-vous ?
Ça s’améliore nettement. Les machines et les convois sont de mieux en mieux signalés. Les catégories «groupe A ou B» sont assez bien respectées. Les gyrophares sont bien installés. Aujourd’hui, quand on observe l’évolution des matériels, la problématique
des surcharges se développe. Les agriculteurs arrivent souvent à la bascule de la coopérative à 45 ou 50 tonnes, alors qu’ils sont limités à 45 tonnes de PTRA.

Dans votre discours, vous misez plus sur la peur de l’accident que la peur du gendarme ?
Oui. Les forces de l’ordre verbalisent surtout les soucis flagrants. Par contre en cas d’accident grave, les vérifications du procureur de la République deviennent extrêmement pointues. On le voit de plus en plus. En octobre dernier, une voiture est entrée en collision avec une ensileuse. La justice vérifie que la machine est aux normes, même si l’automobiliste semblait en tort avec une vitesse excessive et un taux d’alcoolémie positif. La machine a été bloquée pour investigation.
En cas d’accident, un retrait d’assurance peut également être appliqué sur un défaut de permis, un défaut d’âge, un défaut de signalisation ou à cause d’une surcharge.

Autre sujet abordé : les télescopiques dans les fermes. Les règles sont-elles très différentes du tracteur agricole ?
On sort du Code de la route. Le Code du travail stipule que tous les engins de levage doivent être confiés à des salariés ayant reçu une formation du type CACES.  Sur une ferme, un jeune de plus de 15 ans peut le conduire, à condition que le document unique de l’exploitation soit en place et que les vérifications semestrielles du matériel soient réalisées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité