Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Thierry Thomas : "il faut que ça bouge”

Thierry Thomas, éleveur ornais, a achevé sa grève de la faim, mercredi 6 mai à 17 heures. Il avait commencé sa contestation deux jours plus tôt.

© VM

Pourquoi avoir stoppé votre grève de la faim ?
Jean-Paul Bigard est venu me voir à l’abattoir de Gacé. J’ai pu présenter ma situation. Lui a parlé de ses marchés, de la scène internationale et européenne.

Les explications internationales de Jean-Paul Bigard vous ont-elles convaincu ?
Elles sont peut-être vraies, mais je ne les comprends pas. Je lui ai demandé qu’on parle de ma situation, de mon exploitation, mais aussi de son site de Gacé.
Vous demandiez plus de transparence. En avez-vous eu ?
Jean-Paul Bigard m’a dit
que le site de Gacé perdait
1 M€ par an. Je voulais donc savoir si les éleveurs devaient poursuivre leur activité.
Si les engraisseurs arrêtent,
les naisseurs auront à leur tour des difficultés. J’ai donc invité Jean-Paul Bigard à visiter ma ferme. Je lui ai proposé
d’acheter le bâtiment
de notre GAEC
et que je devienne son salarié. Peut-être que je serais mieux rémunéré.


C’est réellement votre souhait ?
Non, il ne faut pas l’interpréter ainsi. Nous aurions juste moins de soucis. Je ne veux pas être salarié. Mais quand votre entreprise perd de l’argent, vous devez trouver une solution. 

Êtes-vous satisfait de l’impact de votre grève de la faim ?
Je le serai quand des mesures permettront d’assurer la pérennité des éleveurs-engraisseurs. J’espère que les acteurs de la filière trouveront une issue. Il faut que ça bouge. Lundi matin, j’ai participé à la manifestation de la FRSEA à Villers-Bocage. Une table ronde sera organisée avec le ministre. Je note une volonté.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité