Aller au contenu principal

Thierry Thomas : "il faut que ça bouge”

Thierry Thomas, éleveur ornais, a achevé sa grève de la faim, mercredi 6 mai à 17 heures. Il avait commencé sa contestation deux jours plus tôt.

© VM

Pourquoi avoir stoppé votre grève de la faim ?
Jean-Paul Bigard est venu me voir à l’abattoir de Gacé. J’ai pu présenter ma situation. Lui a parlé de ses marchés, de la scène internationale et européenne.

Les explications internationales de Jean-Paul Bigard vous ont-elles convaincu ?
Elles sont peut-être vraies, mais je ne les comprends pas. Je lui ai demandé qu’on parle de ma situation, de mon exploitation, mais aussi de son site de Gacé.
Vous demandiez plus de transparence. En avez-vous eu ?
Jean-Paul Bigard m’a dit
que le site de Gacé perdait
1 M€ par an. Je voulais donc savoir si les éleveurs devaient poursuivre leur activité.
Si les engraisseurs arrêtent,
les naisseurs auront à leur tour des difficultés. J’ai donc invité Jean-Paul Bigard à visiter ma ferme. Je lui ai proposé
d’acheter le bâtiment
de notre GAEC
et que je devienne son salarié. Peut-être que je serais mieux rémunéré.


C’est réellement votre souhait ?
Non, il ne faut pas l’interpréter ainsi. Nous aurions juste moins de soucis. Je ne veux pas être salarié. Mais quand votre entreprise perd de l’argent, vous devez trouver une solution. 

Êtes-vous satisfait de l’impact de votre grève de la faim ?
Je le serai quand des mesures permettront d’assurer la pérennité des éleveurs-engraisseurs. J’espère que les acteurs de la filière trouveront une issue. Il faut que ça bouge. Lundi matin, j’ai participé à la manifestation de la FRSEA à Villers-Bocage. Une table ronde sera organisée avec le ministre. Je note une volonté.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité