Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Normandiag’Pulvé
Top départ pour le contrôle des pulvérisateurs

Le contrôle obligatoire des pulvérisateurs entre dans sa phase active. Le réseau CUMA se positionne au niveau du service avec Normandiag’Pulvé.

Proposer aux agriculteurs, CUMA et autres utilisateurs de pulvérisateurs un service de proximité pour effectuer les contrôles”. Antoine Vivien, président de la CUMA Normandie Services avait invité le 7 décembre dernier à Rots (14) les concessionnaires et artisans ruraux bas-normands pour un dernier breefing avant le top-départ de la nouvelle législation pulvé. “Notre objectif est de réaliser des contrôles qui simplifient au maximum les démarches de l’agriculteur et qui valorisent les compétences de chaque partenaire sur les différentes tâches liées au contrôle”.

Une démarche commune des trois FDCUMA
Cette initiative est la première grosse action menée conjointement par les trois FDCUMA bas-normandes.
Elle a demandé des investissements humains (Romain Marie et Olivier Mauduit contrôleurs), de formation (pour obtenir l’agrément) et en matériel (40 000 e pour le banc mobile). Concrètement, le banc mobile va sillonner  le territoire régional et stationner, jour après jour, chez les différents concessionnaires et artisans ruraux partenaires à raison d’un département par semaine. Avec 6 contrôles par jour, le rythme annuel devrait atteindre 500 pulvérisateurs contrôlés.
110 points seront passés à la loupe : examen préliminaire (attention aux points rédhibitoires comme l’absence de protège cardan), un contrôle statique et un contrôle dynamique à l’occasion duquel même les buses neuves seront examinées). Le pulvérisateur ne doit contenir que de l’eau et être propre. La présence de l’agriculteur est obligatoire.


Attention au recalage
Si cet examen de passage se fait au plus près de l’utilisateur et de celui qui l’entretient, il n’y aura pas pour autant de passe-droits. Les contrôleurs de Normandiag’Pulvé étant eux-même contrôlés par un organisme certificateur. Pour éviter un refus, votre concessionnaire ou artisan rural peut vous proposer un pré-diagnostic avec changement des pièces défectueuses avant le contrôle. Ceci afin de vous éviter une contre-visite payante. Vous pouvez également établir votre auto-diagnostic (lire ci-contre). Pour un pulvérisateur à rampe et en fonction de la largeur, il vous en coûtera de 200 à 344 e (HT). La contre-visite de 130 à 274 e. Une charge supplémentaire dans une période de revenu en berne?  “Il faut relativiser le prix du contrôle du pulvérisateur par rapport aux économies de produits que l’on peut réaliser et par rapport aux enjeux financiers liés à la conditionnalité des aides PAC”, faisait remarquer à juste titre un agriculteur cumiste.
En attendant, inutile de vous précipiter. Vous ne serez peut-être concernés par cette obligation qu’en 2013.

En pratique
REGLEMENTATION.

Le contrôle des pulvérisateurs à rampe de plus de 3 mètres et des atomiseurs est obligatoire en France depuis le 1er janvier 2009. Il est à réaliser au moins tous les 5 ans. L’appel se fait
en fonction de la terminaison du numéro SIREN de l’exploitation. Le numéro SIREN est constitué des 9 premiers chiffres du numéro SIRET.
- De 00 à 19 en 2009 (en fait jusqu’au 31 mars 2010).
- De 20 à 39 en 2010.
- De 40 à 59 en 2011.
- De 60 à 79 en 2012.
- De 80 à 99 en 2013.
RECOMMANDATIONS.
- Le pulvérisateur doit être parfaitement propre (intérieur et extérieur).
- Le pulvérisateur doit être en état de marche.
- Le pulvérisateur doit être équipé de la protection du cardan.
- La cuve doit être pleine d’eau claire.
- Le tracteur présenté doit être celui utilisé avec le pulvérisateur.
- Les filtres et buses doivent être nettoyées.
- Le propriétaire doit assister au contrôle.
DATES ET LIEUX .
Selon un calendrier publié dans nos colonnes et affiché chez votre concessionnaire ou artisan rural. Après inscription, une convocation écrite (date/lieu/heure) vous sera envoyée. Le paiement s’effectue sur place.
CONTACTS ET INSCRIPTIONS .
Auprès du service départemental Normandiag’Pulvé
- Calvados : tél 02 31 53 55 15
Fax. 02 31 53 55 17.
- Manche : tél. 02 33 06 48 26
Fax. 02 33 06 47 98.
- Orne : tél. 02 3380 82 90
Fax. 02 33 80 82 99
Via votre concessionnaire
ou artisan rural.

Par mail : normandiag@cuma.fr

Les partenaires
Calvados : LACROIX SAS, BRIARD, TOUCHARD, AGRI BESSIN, AGRI BOCAGE, SOETAERT, SCOP BOUCHARD, BACHELEY, RUAUX, AGRI, SAMA, CLAAS AGRICULTURE, DEROUET Henri, MOTIN, BEL'AGRI, GOURDIN.
Manche : GUILLET, MOTIN, MOTIN FRERES, FLAMBARD, PERRARD, BELLAMY, LAMBERT, JOUENNE, CHARUEL MOTOCULTURE, NORMAGRI, RAULT, SM3, MECASAIRE 2000, MARQUER, LEROY.
Orne : HUARD Gérard, AGUILLE, LEBAUDY, SODEMAGRI, PIFRE, MOTOCULTURE SAGIENNE, MAM, FORGET RAUX, LANGEARD, ERMENEUX, CHANU Michel, BEAUFILS, Machines agricoles SIMON, SERMA, CABARET.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité