Aller au contenu principal

AG Prim'Holstein Orne
Toujours aussi motivés

Dans l’Orne, la Prim’Holstein marche fort. Dernier exemple en date, l’assemblée générale se déroulant au Ménil Gondouin, non loin de Briouze, jeudi dernier. Une centaine d’éleveurs ont fait le point sur la race, en particulier sur l’ISU nouvelle génération. Dans l’après-midi, place au terrain avec la visite de l’EARL du Delta (élevage Béchet), bien connu pour ses performances en concours régionaux ou nationaux.

Au premier plan, Bruno Béchet (EARL du Delta) et les éleveurs recevant le diplôme pour des vaches à plus de 100 000 kilos.
Au premier plan, Bruno Béchet (EARL du Delta) et les éleveurs recevant le diplôme pour des vaches à plus de 100 000 kilos.
© ec

Pour le président de PH 61, Gérard Verhalle (Mahéru), « la motivation 10 ans après le National d’Alençon est toujours présente. Nos activités 2011 ont bien marché, tant pour les concours que la vente aux enchères  d'animaux de haute valeur génétique organisée au GAEC de la Jugletière. Une trentaine d'animaux venus de tout le Grand Ouest a déplacé les foules. ». PH 61 a de  nombreux projets sur 2012 : participation aux différents concours bien sûr, organisation du départemental les 13 et 14 octobre prochains, à Alençon et  préparation de la vente aux enchères 2013. Rappelons au passage les belles places obtenues lors des derniers SIA, SPACE et au Régional de St-Hilaire du Harcouët. « Le prochain concours normand se déroule en juin prochain à Caumont l’Évente (14) ». Ces épreuves sont aussi l’occasion de mettre en avant le potentiel de la Prim’Holstein, « elle représente désormais 70% du potentiel laitier ornais ». Le niveau génétique du cheptel départemental est très bon à 115 d’ISU en moyenne. Point fort, le TP. Côté cellules, l’Orne est bien classé au niveau français, important pour le passage en robot. Seule petite ombre, les membres et la fertilité à surveiller. L’occasion pour Jean-Paul Mette, technicien de PH France de mettre en avant le nouvel ISU. La dernière réforme date de 2001. En dix ans, le contexte a changé avec l’agrandissement des exploitations, donc l’attente des éleveurs. “PH France a eu pour volonté d’augmenter le poids des fonctionnels pour mieux coller aux préoccupations actuelles”. Et Jean-Paul Mette de souligner, « l’ISU 2012 a pour objectif de créer la PH de demain, productive, efficace et durable. Il s’agit de conserver le progrès génétique en lait et d’aller vers une vache plus fonctionnelle à l’horizon 2018 ». La nouvelle formule  est utilisée depuis l’indexation de février dernier.  Le but est d’aller ver une évolution plus rapide de beaucoup de postes, notamment les attaches avant. Côté format, « dans six ans, nous espérons avoir des animaux larges et profonds avec des bassins favorisant les vêlages ».


Visite d’élevage

Dans l’après-midi, 150 éleveurs ont visité l’EARL du Delta, en l’occurrence l’élevage de  Bruno et Sylvie Béchet. Ils ont pu notamment découvrir le nouveau  robot de traite A4 de Lely mis en place en novembre dernier. « Avec quatre mois de service, on peut dresser un petit bilan : 42 VL à 32 kilos (40,3 ET 33), dont 62% en 1ère lactation, 2,9 traites/jour et 43 000 cellules ».  L’ISU du troupeau sort à 125. À noter que Sylvie et Bruno Béchet misent aussi sur la « Rouge » avec la souche « StadelXCherokeeXFactor » en travaillant la transplantation embryonnaire. « La moyenne sur chaque souche atteint 17,7 embryons. Nous nous attachons à ce que nos rouges produise du lait en quantité".  Ces  Red Holstein ne sont pas uniquement de bonnes productrices; elles sortent aussi en concours : l’EARL  a remporté le prix de championnat réserve rouge au SIA 2011, avec« Del Vred ».Toute cette progression ne s’est pas faite du jour au lendemain. Au départ, Bruno s’est installé à Faverolles sur 23 ha avant l’arrivée de Sylvie et un déménagement au Ménil Gonduin en 1992. L’exploitation compte désormais 102 ha de SAU, 47 laitières, 77 génisses et 8 mâles. La production s’élève à 445 000 l (38,3 de TB, 32,5 en TP). L’EARL joue la carte de la vente de VL en lactation et de quelques taureaux. « Nous sommes engagés en mesure SFEI (Système Fourrager Économe en Intrants) avec une conduite extensive, peu d’intrants, de traitements et de concentrés, diminution de la surface en maïs ». Cette production ne représente plus que 16,5 ha sur l’exploitation contre 14 en blé, 2 en luzerne, 35 de RGA/trèfle et 25 ha de prairies naturelles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

circulation engins agricoles
Il manque 50 cm pour la circulation des engins agricoles
La circulation des tracteurs et autres engins agricoles en zones périurbaines ou en cœur de bourg devient de plus en plus…
Aurélie Cauchard au Meilleur pâtissier
Aurélie Cauchard sélectionnée au Meilleur pâtissier
Agricultrice à Savigny (centre Manche), Aurélie Cauchard est montée à Paris pour tenter une nouvelle aventure. Elle sera dès ce…
Éric Hatteville, Philippe Marie et Ludovic Blin, respectivement responsables lait pour les FDSEA 61, 14 et 50/région.
« La situation des producteurs de lait est alarmante »
La FRSEA de Normandie a convié la presse, lundi 20 septembre 2021, dans l’exploitation de Thomas Pelletier et Philippe Marie,…
Visite Xavier Bertrand - 61
Xavier Bertrand prend les agriculteurs aux tripes
Le président des Hauts-de-France a rencontré une poignée d’agriculteurs samedi 9 octobre 2021 à la foire Saint-Denis à Montilly-…
VIDEO. L’andaineur à tapis améliore la qualité des fourrages
Florian Lottin est entrepreneur de travaux agricoles à Villedieu-lès-Bailleul dans l’Orne. Aussi à la tête de sa propre…
association Cultures partagées
Le monde agricole soutient les jardins amateurs
L’association Cultures partagées, créée par Agrial, le Crédit agricole de Normandie et la Safer de Normandie, a financé l’achat d…
Publicité