Aller au contenu principal
Font Size

Copelveau
Toujours en progression

Philippe Dolley, président de Copelveau”, indique dans son préambule, lors de l’AG se tenant la semaine dernière à Gavray, “2008 a été l’année de tous les bouleversements avec notamment des hausses de matières premières indécentes”. Bref, pas facile de tenir un cap précis. “malgré les tentations d’arrêter l’engraissement peu rentable pour les producteurs en 2007, un manque de nourriture pour certains et une filière très demandeuse, nous avons tenu bon et commercialisé 42 349 animaux”.

Philippe Dolley (au centre), président de Copleveau, “l’avenir de la viande bovine dans les exploitations passe notamment par une adaptation du produit au marché pour optimiser le meilleur prix de vente.
Philippe Dolley (au centre), président de Copleveau, “l’avenir de la viande bovine dans les exploitations passe notamment par une adaptation du produit au marché pour optimiser le meilleur prix de vente.
© EC

En bovins viande, 21 636 sujets ont été commercialisés, dont la plupart en jeunes bovins.  “Ce secteur s’est reconcentré sur un marché plus traditionnel. Une part plus importante de vaches de réforme est venue largement compenser les baisses d’activité en bovins viande export et en jeunes bovins. En conséquence, nous enregistrons une légère progression à 416 bovins commercialisés par semaine”. 

Concernant les gros bovins, les vaches de réforme fournissent le plus gros effectif (4924). “Nous en avons commercialisé un millier en plus pour atteindre la barre des 5000 sujets. La part du lion revient aux Prim’Holstein (+44%). Les 95 animaux abattus par semaine se répartissent pour 48% en PH, 30% en Normande, et 22% en viande”. A noter une légère baisse des prix et des poids de carcasse en race laitière due à des animaux moins finis par manque de fourrage.

La commercialisation des génisses est restée active en 2008 avec une progression de 13% et des prix de vente stables. La production de boeufs de viande n’a subi aucune évolution en un an que ce soit au niveau prix ou carcasse. “Les deux filières présentes à Copleveau, “Label Blond d’Aquitaine et la FQRN, ont subi une évolution inversée (+77% sur FQRN contre - 72 en label”. Cette production reste toutefois marginale dans l’OP avec 255 animaux.

La suite dans votre prochaine édition


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité