Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Tour de France : l’agriculture sera de la partie

Tour de France C’est fait, l’annonce du départ 2016 se déroulera bel et bien au Mont-Saint-Michel le samedi 2 juillet. Plus fort encore, la Manche aura droit à deux étapes.

© EC

Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, Jean-François Le Grand, président du Conseil général 50 et Laurent Beauvais pour le Conseil régional, ont posé pour la photo, la semaine dernière, au pied du Mont-Saint-Michel. Le souvenir du contre-la-montre 2013 est encore dans toutes les têtes, avec une forte participation des agriculteurs. D’ailleurs, comme l’a rappelé Christian Prudhomme lors de la conférence de presse, “nous avons un fort partenariat avec la FNSEA”.

Trois jours de fête
Lors de cette présentation à
l’Abbaye du Mont, chacun y est allé de son petit couplet lyrique. “La première étape explique Christian Prudhomme, c’est celle qui marque les coureurs et les spectateurs. Les metteurs en scène que nous sommes doivent donc apporter le plus grand soin au décor du Grand départ”. Jean-François Le Grand, lui, a savamment peaufiné son discours, “le cyclisme est une école de la vie, d’humilité et de dépassement. Il n’emprunte qu’un seul sillon, celui tracé par l’abnégation et le sacrifice. Dans la Manche, nous jouerons la carte de la diversité des paysages pendant ces trois jours de fête”.
La première étape emmènera les coureurs sur les routes du sud-Manche pour remonter toute la côte jusqu’à Lessay. Ensuite, direction la zone des marais du Cotentin pour arriver à Utah Beach. Seconde étape, Saint-Lô-Cherbourg-Octeville. Là aussi, les petites routes de campagnes seront privilégiées avec un nouveau passage à Lessay puis un parcours longeant la mer. Enfin, le département a aussi négocié un beau final, le départ de la troisième étape pour Granville à destination… d’un lieu qui n’a pas encore été révélé. Pour la Manche, c’est une consécration. Si 23 éditions du TDF ont sillonné ses routes, jamais un départ n’y avait été organisé. “Parmi les six villes qui ont reçu le Tour, souligne Christian Prudhomme, c’est avec Cherbourg que les relations sont les plus anciennes ; le peloton y a fait étape a 17 reprises. La première fois ? En 1911”. Du côté de la FDSEA 50, on se prépare à ce nouveau challenge. Rappelons que le réseau avait gagné en 2013 le prix du meilleur décor sur la thématique, “les agriculteurs aiment le Tour”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité