Aller au contenu principal

Eleveurs et céréaliers
Tous à Paris le 23 juin

“L’élevage grande cause nationale”. Le 23 juin, le monde rural a rendez-vous à Paris. Qu’en pensent les producteurs de céréales ? La réponse de Jean-Pierre Prévost, président de la section grandes cultures à la FRSEA de Basse-Normandie.

© JR

La FNSEA et les JA ont lancé un appel à la mobilisation en faveur de l’élevage. Vous-sentez-vous concernés ?
Bien sûr. D’abord, pour un certain nombre d’entre nous, nous sommes nous-mêmes éleveurs. En Basse-Normandie, beaucoup d’éleveurs cultivent des céréales et beaucoup de céréaliers gèrent un élevage. Nous nous sentons donc concernés par le problème qui est posé. De plus, chacun doit se souvenir que l’élevage offre un débouché considérable aux céréales que nous produisons, c’est notre premier client, en quelque sorte. La prospérité de l’élevage est une bonne chose pour les producteurs de grains. Mais ce n’est pas le cas actuellement.

Comment vivez-vous cet écart de revenus entre les filières d’élevage et les grandes cultures ?
Il faut être prudent en la matière. Un retournement de conjoncture est possible. C’est arrivé en 2008 alors que nous avions connu une forte hausse des prix en 2007. Les cours des matières premières sont devenus volatils. D’autres facteurs que les fondamentaux du marché les influencent, comme l’attitude des fonds de pension…bref, cet équilibre est bien fragile. Pour répondre à la question, tout ce que nous souhaitons, c’est de meilleurs revenus pour nos collègues éleveurs. Certains essaient de nous dresser les uns contre les autres, c’est un piège dans lequel il ne faut surtout pas tomber.

Qu’attendez-vous de la manifestation du 23 juin ?
J’espère que les élus, les pouvoirs publics et l’opinion publique prendront conscience de l’enjeu. Le monde rural dépend du dynamisme de l’élevage et de l’agriculture toute entière. Quelle famille en milieu rural n’a pas un de ses membres salarié d’une industrie agro-alimentaire ou salarié d’un fournisseur de l’agriculture ? Donc, du dynamisme de notre secteur économique dépend l’attractivité de nos territoires : qui peut avoir envie de vivre dans une région où il n’y a pas de travail ? Le monde rural n’est pas qu’un lieu de détente et les gens qui le peuplent ont besoin d’une activité économique pour y vivre. C’est le message que j’espère contribuer à faire passer.

Et concrètement pour votre secteur d’activité ?
Nous présentons aussi des revendications plus techniques, comme l’allègement des charges et des contraintes qui pèsent sur les exploitations. Que l’on soit éleveur ou producteur de céréales, on est concerné par ce thème. On voit bien que les contraintes de la directive nitrate n’épargnent pas les céréaliers, par exemple. Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi mais d’adapter notre réglementation à la réalité des exploitations agricoles.

Donc vous serez à Paris le 23 juin ?
Bien sûr et j’invite tous les agriculteurs de la région, éleveurs et céréaliers à s’y joindre. J’invite aussi les élus locaux, les salariés des entreprises qui travaillent avec nous. C’est notre avenir à tous qui est en jeu.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Publicité