Aller au contenu principal
Font Size

Equipement
Traite : les premiers résultats

Les conseillers traite et qualité du lait de Basse-Normandie proposent le contrôle des déposes automatiques des faisceaux trayeurs aux éleveurs depuis 2006.

Les premiers résultats montrent des anomalies fréquentes sur les installations, même récentes !
Ce nouveau service permet de vérifier l’homogénéité du réglage des systèmes de déposes automatiques.
Avant la mise au point de cette méthode, il n’existait pas de contrôle pour apprécier le fonctionnement de ces dispositifs, or des éleveurs doutent parfois du réglage de leur équipement. Un mauvais fonctionnement du système de décrochage automatique a des conséquences graves sur l’état sanitaire des mamelles. Selon les cas, il peut y avoir de la surtraite, des traites incomplètes ou des écarts importants entre les postes d’une installation. Cette situation entraînera pour une vache, des conditions de traite différentes à chaque passage qui seront un facteur de risque très important de mammite ou de numérations cellulaires élevées.
Pour répondre à ce besoin, l’Institut de l’Elevage a mis au point une méthode de contrôle des déposes automatiques des faisceaux trayeurs.

Rappel sur le fonctionnement des systèmes de dépose automatique

Le système de dépose automatique des faisceaux trayeurs repose sur la détection d’un débit de lait (par un capteur) en dessous duquel on considère que la traite est terminée.
Le fonctionnement des systèmes de dépose automatique des faisceaux trayeurs peut être décrit à partir de la courbe d’éjection du lait d’une vache laitière standard (schéma 1).
- La temporisation initiale : c’est la durée en début de traite pendant laquelle le système de dépose est inactif pour permettre au trayeur de brancher les faisceaux trayeurs et éviter les déposes prématurées avant le début de l’écoulement du lait.
- Le débit de fin de traite : c’est le seuil en dessous duquel on considère que la traite est terminée et que le processus de dépose est activé.
- La temporisation : c’est le délai qui s’écoule entre le moment où le débit de fin de traite est détecté et celui du retrait du faisceau trayeur. Ce délai peut permettre une annulation du processus de dépose si le débit du lait devient à nouveau supérieur au seuil prédéfini.
Un système de dépose automatique des faisceaux trayeurs est donc conçu autour d’un capteur de débit du lait qui détecte le moment où le débit devient inférieur au seuil prédéterminé (en général entre 0,2 et 0,5 kg/minute).
A l’issue d’une temporisation de fin de traite, qui permet un égouttage plus ou moins long, le faisceau trayeur sera retiré de la mamelle de la vache laitière.
 

Pour un réglage précis des déposes automatiques
Le contrôle des déposes automatiques permet de mesurer plusieurs éléments afin d’évaluer l’homogénéité du réglage des déposes automatiques d’une installation de traite.
Trois paramètres sont mesurés lors du contrôle des déposes automatiques :
- la temporisation initiale pour éviter les déposes prématurées en début de traite ;
- la durée de dépose pour contrôler l’homogénéité des débits de fin de traite de tous les postes ;
- le niveau de vide résiduel dans la griffe pour une dépose en douceur.
Une fois ces trois paramètres mesurés, le technicien réalisant le contrôle évalue l’homogénéité du réglage des systèmes de décrochage automatique des faisceaux trayeurs.

Un contrôle utile et efficace
L’analyse des résultats des 57 contrôles réalisés en Basse-Normandie en 2007 a mis en
évidence des problèmes d’homogénéité des seuils de dépose sur 32 installations (64 % des contrôles).
Parmi ces installations, 23 (46 % des contrôles) présentaient un ou plusieurs postes avec des différences importantes de durée du cycle de déposes (+ ou – 30 secondes par rapport au réglage de l’installation).
Les 50 contrôles ont permis de mesurer la durée du cycle de dépose de 606 postes de traite. Des problèmes d’homogénéité des seuils de déposes ont été constatés sur 121 postes (20 % des postes).
Le réglage du seuil de dépose a été modifié sur 17 installations. La dépose était jugée trop tardive ou trop précoce.
La durée moyenne du cycle de dépose sur les 57 installations contrôlées est de 120 secondes ce qui correspond à un seuil de débit d’environ 250 cm3/min au moment de la dépose. Mais cette valeur cache une disparité très importante des valeurs mesurées sur les installations comme le montre le graphique 1. Les seuils constatés de débit vont de 700 cm3/min à 0 cm3/min.
Les contrôles des déposes automatiques des faisceaux trayeurs sur les installations neuves ont montré qu’elles n’étaient pas exemptes de défauts. C’est la raison pour laquelle, ce service sera proposé en option au contrôle Certitraite® (encadré).

Un service proposé par les installateurs agréés Optitraite®
La plupart des installateurs se sont engagés par une convention avec leur maître d’œuvre départemental (Chambre d’agriculture dans le Calvados et la Manche, SECLO dans l’Orne) à proposer ces contrôles aux producteurs de lait. Pour cela, ils ont suivi une formation et vont s’équiper du matériel nécessaire.
Ce nouveau service complète l’offre existante du contrôle Optitraite® réalisé par les installateurs agréés ou par les maîtres d’œuvre départementaux.

Article réalisé par
D. LECLER et J.-F. GAULE
Chambre d’Agriculture Manche
Le contrôle des déposes automatiques et Certitraite®
 Le contrôle Certitraite® concerne toutes les installations de traite nouvellement mises en service : neuves, d'occasion ou rénovées.
C'est un contrôle approfondi de l’installation de traite. Il est réalisé exclusivement par les conseillers traite de la Chambre d'agriculture dans la Manche et le Calvados ou du syndicat de Contrôle Laitier dans l'Orne, ils garantissent un contrôle impartial de l'installation. C'est donc pour l'éleveur l'assurance de travailler avec une machine à traire bien montée et bien réglée, en conformité avec les principales normes en vigueur. Concrètement, Certitraite® c'est un contrôle classique Optitraite® de bon fonctionnement de la machine (vide, pulsation, régulation, pompe à vide, faisceaux…). Mais à cela s'ajoute la vérification de conformité de la conception et du montage de l'installation, un contrôle du nettoyage faisant l'objet de fiches de contrôle spécifiques.
Les installateurs en convention Certitraite® se sont engagés à y soumettre toutes leurs nouvelles installations.
En 2008, la vérification des systèmes de déposes automatiques sera proposée en option aux éleveurs lors de la demande de contrôle Certitraite® par les installateurs.
Le contrôle Certitraite® sera facturé 50 € HT à l'éleveur et 50 € HT à l'installateur. La contre-visite éventuelle est à la charge exclusive de l'installateur.
Le contrôle des déposes automatiques proposé en option sera
facturé 8,25 € HT/poste.

Vos contacts pour ce service
- Chambre d’agriculture du Calvados
Agnès Lebehot : 02.31.70.25.26.
- Chambre d’agriculture de la Manche
Région Sud : Denis Lecler : 02.33.79.41.73.
Région Nord : Jean-François Gaule : 02.33.95.46.01.
- SECLO (Syndicat d’Elevage et de Contrôle Laitier de l’Orne)
Yoann Durand : 02.33.81.11.05.
Antoine Dauvin : 02.33.81.11.04.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité