Aller au contenu principal

FD CUMA
Travailler en commun, c’est l’avenir

130 jeunes, en parcours scolaire, ont fait connaissance, à St Quentin sur le Homme, avec le travail en commun.

Explications sur le matériel, les jeunes prennent beaucoup de notes.
Explications sur le matériel, les jeunes prennent beaucoup de notes.
© E.C.
La semaine dernière, la Fédération Départementale des Cuma organisait une porte ouverte à St Quentin sur Le Homme, non loin d’Avranches. L’occasion d’accueillir 130 jeunes plutôt pressés de découvrir les matériels à l’instar des moissonneuses, tracteurs, épandeurs et autres pulvérisateurs. Gustave Aubrée, président des Cuma régionales explique l’intérêt de travailler en groupe. “Nous avons 6000 agriculteurs dans la Manche adhérents à 265 structures, bénéficiant notamment de 150 tracteurs et 26 hangars-ateliers permettant la réalisation de chantiers en commun avec du matériel performant et récent”. Cette journée, soutenue par le Conseil Régional, a aussi permis de souligner l’importance du mouvement cumiste. “A l’heure où les charges de mécanisation augmentent, appartenir à une Cuma permet de les maîtriser. Par ailleurs, le renouvellement des matériels est plus facile”. Du côté de la jeune génération, on parle surtout du temps gagné sur la future exploitation. A Saint Quentin sur le homme, siège de trois Cuma (Lait Bouilli, De l’Espèrance, du Holme), c’est l’heure de la fusion. Explications, “face à la diminution du nombre d’actifs agricoles, pour simplifier le fonctionnement, nous avons décidé de faire une seule structure “. Les Cuma, c’est aussi du salariat avec trente équivalents “temps plein” dans le département. Un métier qui intéresse aussi les lycéens, “parfaitpour acquérir de l’expérience dans le maniement de différents matériels”. Dernier point et non des moindres, Cuma se conjugue avec innovation, à l’instar d’Ecovaloris qui développe les activités innovantes depuis 1998 avec une particularité, elle couvre toute la Manche sur les activités compostage du fumier, déchiquetage du bois, sursemis des prairies mais aussi le pressage colza permettant d’obtenir de l’huile-carburant.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Prix du lait juillet 2022 : le compte n’y est vraiment pas selon Ludovic Blin
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Mesures de restriction d’eau dans le Calvados
La situation hydrologique et hydrogéologique était déjà défavorable début juillet 2022. L’absence de précipitation ainsi que les…
Moisson 2022 : dernière ligne droite
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 25 …
Coquillages et préjugés : Anaïs, portrait d’une reconvertie
Le Comité régional conchyliculture (CRC) a lancé sa campagne de communication ConchyQuoi en mai 2022 sur les réseaux sociaux. Des…
Moisson 2022 : rapide et en avance
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 18 …
Sécheresse - Prix du lait - FDSEA-JA 50
Sécheresse 2022 : les agriculteurs face à une « situation critique »
La FDSEA et les Jeunes agriculteurs de la Manche ont tiré la sonnette d’alarme, lundi 8 août 2022 à Saint-Lô, sur les difficultés…
Publicité