Aller au contenu principal
Font Size

FD CUMA
Travailler en commun, c’est l’avenir

130 jeunes, en parcours scolaire, ont fait connaissance, à St Quentin sur le Homme, avec le travail en commun.

Explications sur le matériel, les jeunes prennent beaucoup de notes.
Explications sur le matériel, les jeunes prennent beaucoup de notes.
© E.C.
La semaine dernière, la Fédération Départementale des Cuma organisait une porte ouverte à St Quentin sur Le Homme, non loin d’Avranches. L’occasion d’accueillir 130 jeunes plutôt pressés de découvrir les matériels à l’instar des moissonneuses, tracteurs, épandeurs et autres pulvérisateurs. Gustave Aubrée, président des Cuma régionales explique l’intérêt de travailler en groupe. “Nous avons 6000 agriculteurs dans la Manche adhérents à 265 structures, bénéficiant notamment de 150 tracteurs et 26 hangars-ateliers permettant la réalisation de chantiers en commun avec du matériel performant et récent”. Cette journée, soutenue par le Conseil Régional, a aussi permis de souligner l’importance du mouvement cumiste. “A l’heure où les charges de mécanisation augmentent, appartenir à une Cuma permet de les maîtriser. Par ailleurs, le renouvellement des matériels est plus facile”. Du côté de la jeune génération, on parle surtout du temps gagné sur la future exploitation. A Saint Quentin sur le homme, siège de trois Cuma (Lait Bouilli, De l’Espèrance, du Holme), c’est l’heure de la fusion. Explications, “face à la diminution du nombre d’actifs agricoles, pour simplifier le fonctionnement, nous avons décidé de faire une seule structure “. Les Cuma, c’est aussi du salariat avec trente équivalents “temps plein” dans le département. Un métier qui intéresse aussi les lycéens, “parfaitpour acquérir de l’expérience dans le maniement de différents matériels”. Dernier point et non des moindres, Cuma se conjugue avec innovation, à l’instar d’Ecovaloris qui développe les activités innovantes depuis 1998 avec une particularité, elle couvre toute la Manche sur les activités compostage du fumier, déchiquetage du bois, sursemis des prairies mais aussi le pressage colza permettant d’obtenir de l’huile-carburant.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
FDSEA 61 - Betterave jaunisse
(EN IMAGES) FDSEA et JA alertent: « le virus est partout »
Lundi 3 août, les JA et la FDSEA ont invité les responsables politiques ornais et la presse en bout de champ, à Aunou-sur-Orne.…
Publicité