Aller au contenu principal

Face à la FCO, les négociants en bestiaux souffrent
Trop d'animaux, pas assez de débouchés

la FCO plombe les marchés locaux et pénalisent les ventes hors zone réglementée ou encore à l'export.

Laurent Binet, "les éleveurs ne doivent pas oublier les marchés locaux pour vendre leurs animaux".
Laurent Binet, "les éleveurs ne doivent pas oublier les marchés locaux pour vendre leurs animaux".
© E.C.
En tant que négociant en bestiaux, quelles difficultés rencontrez-vous ? Tout d’abord, il existe deux types de commerces. L’un concerne la viande. Pour celui-ci, il n’existe pas de difficultés insurmontables. Les bovins doivent être allotés selon leurs zones de provenance, après insectisation. Le problème, ce sont les coûts de ramassage qui montent en flèche (entre 20 à 30%). Un exemple, le Calvados se trouve à cinq kilomètres de notre centre d’allotement de Saint-Jean des Baisants (ndlr : à proximité de St-Lô). Or, en raison de la réglementation actuelle, les bovins doivent absolument transiter par le centre de St Martin des Besaces, qui lui se trouve dans le Calvados. Le deuxième type de commerce concerne les veaux et les animaux d’élevage. Là, cela coince réellement. Nous sommes arrivés à des écarts de prix importants, suivant les zones de provenance, car les intégrateurs ne veulent pas d’animaux provenant des zones “interdites”. Concrètement, la marchandise à l’Est du Couesnon à du mal à trouver preneur, alors que celle située à l’Ouest est recherchée, notamment par les engraisseurs du centre de la France”. Les mauvaises récoltes en maïs pénalise aussi le marché ? “En effet, beaucoup d’agriculteurs cherchent à vendre, notamment du broutard, car ils ont un doute sur le stock de maïs. A la clé, des catégories complètement invendables, surtout à l’export puisque l’on ne peut justement rien... exporter. En fait, il ne s’agit même plus d’une question de prix, il n’y a pas de débouchés ! L’exportation, face à un marché parfois encombré, c’était la soupape de sécurité. Comment réagissent les adhérents de votre syndicat ? “Mal, bien sûr ! Notre métier est basé sur de gros volumes et de petites marges. Dès que l’on touche au volume, il est évident que nous souffrons. Aujourd’hui, lundi 22 octobre, nous attendons des mesures allègeant la réglementation en place, surtout à l’exportation. En attendant, il ne faut pas que les agriculteurs oublient les marchés locaux de vente. Ils pensent parfois qu’ils sont fermés ou saturés, alors que ces mêmes marchés manquent d’approvisionnement.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
« Dès que j’ai le dos tourné, les corbeaux reviennent »
Du Perche au bocage, en passant par la plaine, les corbeaux ravagent les parcelles de maïs. Si la DDT accorde le droit de les…
Publicité