Aller au contenu principal

Crise des viandes françaises
Trouver un remède de cheval

La traçabilité et l’origine des viande interrogent les producteurs. Des contrôles ont été effectués la semaine dernière dans plusieurs GMS du département.

© EC

Restauration rapide, grossistes, et bien sûr grandes surfaces, la FDSEA et les JA n’ont pas chômé la semaine dernière pour vérifier la traçabilité et l’origine des viandes. “Une question vitale” souligne Olivier Philippe, vice-président de la section viande bovine FDSEA, lors des contrôles effectués sur Cherbourg (Auchan et Métro) jeudi dernier. Producteur sur Saint-Sauveur le Vicomte, vice-président de la section viande bovine FDSEA, il souligne, “nous répondons à un appel de la FNB nous demandant de contrôler l’origine des viandes. Le but est de vérifier que l’étiquetage, suite aux affaires de début de l’année, est respecté. Autrement dit, nous voulons savoir si la viande utilisée dans les préparations est d’origine française comme l’avait affirmé de grands opérateurs style “Findus” ainsi que la grande distribution voici quelques mois”. L’apparition d’un nouveau scandale liée à la viande chevaline n’est pas pour calmer les esprits. “Pour résoudre notre crise, oui il faudrait vraiment un remède de cheval” lance un responsable professionnel agricole.

Absence de traçabilité
A Cherbourg, la délégation en question a fait dans la diplomatie. Pas question d’envahir les magasins Auchan et Métro mais de prendre contact avec les responsables des rayons frais puis de regarder les étiquettes des viandes vendues sous vide et surtout des préparations culinaires. “On s’aperçoit que grande distribution et opérateurs ont parfois oublié leurs bonnes résolutions. On voit de plus en plus de viande importée dans les linéaires”. Même écho de la part de Sylvain Leménorel lors des visites effectuées sur Avranches. “Chez Mac Donald, qui je dois le dire était à l’écoute de nos demandes en terme de provenance, nous avons vu des cartons de viande irlandaise avec toutes les mentions sauf celle mentionnant le lieu de transformation. Quant à Carrefour, même accueil mais aussi même problème avec des tonnes de produits transformés portant la mention “UE” alors que la réglementation française est clair, l’origine des viandes doit être précise”.
Et la viande française ? Olivier Philippe martèle, “C’est bien là le problème. Nous producteurs fournissons une viande de qualité avec toutes les garanties sanitaires et de traçabilité. Face à d’autres pays, nous perdons en compétitivité sur les productions porcine et bovine avec une constante : la variable d’ajustement, c’est toujours le producteur”.
Les constats dans les rayons ont été effectués, notamment avec cette fameuse mention “UE” qui ne correspond à rien et surtout pas à la réglementation française. “Notre but est de dénoncer ces pratiques. N’oublions pas qu’au-delà de la production, ne pas consommer de viande française amène des destructions d’emploi en agroalimentaire qui coûte très cher au contribuable. Pourquoi ne pas investir ces sommes dans la création d’emploi pour nos filières d’aval”. Et Olivier Philippe de conclure, “la politique de prix bas ne mène qu’à l’appauvrissement global du pays”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Publicité