Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Trucs et astuces - autour de l’activité de traite

Les Chambres d’agriculture de Normandie organisent tous les 2 ans un concours Trucs et Astuces permettant aux agriculteurs et salariés inventifs de partager leurs bonnes idées pour réduire la pénibilité, faciliter la communication, gagner du temps, travailler en sécurité ou encore optimiser le rangement et la propreté au quotidien. L’édition 2019 est l’occasion de faire une rétrospective des astuces ayant marquées les précédents concours, autour de l’activité de traite.

3 besoins, 5 astuces
Une astuce c’est une invention faite maison, pratique et pas chère. Le plus souvent elle est réalisée avec des éléments recyclés ou récupérés pour être améliorés. En ce qui concerne le travail autour de l’activité de traite, les éleveurs sont confrontés à plusieurs problèmes. Parmi les plus fréquents, connaitre les vaches sous traitement à isoler de la traite, faire des allers retours dans le parc d’attente pour aller chercher les vaches, éviter que les vaches qui se couchent après la traite et développent des mammites ou encore nettoyer et assurer l’hygiène en salle de traite. En réponse à ces difficultés ils ont imaginé les astuces suivantes.

Un anti bouse pour ne plus perdre du temps à nettoyer et inciter les vaches à quitter rapidement le robot après la traite.

Géraldine Dubois, éleveuse de vaches laitières dans la Manche et lauréate du 3e prix en 2017 pour « l’anti-bouse en sortie de robot » témoigne. Installée en 2011 avec son conjoint en système traite robotisée dans le sud Manche, Géraldine fait le constat que les vaches ont tendance à stationner en sortie de robot et a bouser sur la marche. En plus du travail de nettoyage 2 fois par jour, cette attitude générait une mauvaise hygiène des animaux. Géraldine demande donc à son conjoint Jean-Marie de trouver une astuce pour « éviter que les vaches ne restent sur place ».
L’astuce consiste à inciter les vaches à quitter rapidement le robot après la traite. En ouvrant le portillon de sortie du robot, les vaches actionnent la descente d’une barre avec des chaines positionnées au-dessus de leur dos. Le frottement des chaines (non électrifiées) suffit à stimuler leur avancée vers l’ère d’exercice.
« Cette invention a nécessité 3 semaines de travail pour la concevoir et la tester suffisamment ». Un ressort « ni trop souple, ni trop rigide », des ferrailles, des chaines et un câble ont été utilisés pour un coût inférieur à 100€. « On gagne du temps sur le nettoyage des bouses. » En sortie de robot : « la marche est propre à 90% alors qu’avant l’installation de l’anti-bouse, le rabotage et le nettoyage au jet était systématique matin et soir » et désormais « les animaux ont une meilleure hygiène des pattes ».
Cette astuce leur a valu la troisième place du podium en 2017. Ils ont pu profiter d’un weekend thalasso à Cabourg qui leur a fait « énormément de bien ». Cela nous a permis de « faire une coupure à un moment où nous en avions vraiment besoin » confie Géraldine dont le conjoint gère en parallèle une ETA. « On prend une semaine par an, mais jamais pour nous, alors après la naissance de notre dernier enfant ce week-end en couple, sans le boulot et pas trop loin était vraiment le bienvenu ». Si le système imaginé par Géraldine et Jean-Marie a reçu un prix, c’est qu’il avait tous les critères pour concourir. « Le plus dur est de se lancer dans le concours. On ne pensait pas gagner un prix. Quand on y est au quotidien, on ne se rend pas compte que ça peut être une bonne astuce. D’ailleurs, on réfléchit à présenter une nouvelle trouvaille pour 2019 ! »

Deux solutions pour faire avancer les vaches vers la salle de traite

Le rideau de fer
Le « rideau » constitué de chaînettes est monté sur 2 rails. Une corde accessible dans la salle de traite permet de faire avancer le rideau. Le bruit du rideau et des chaînes fait avancer les vaches. Des câbles électriques permettent d’électrifier le rideau pour les animaux récalcitrants. Cet investissement d’environ 200 € pour les rails, roulettes et les câbles électriques. Evite les allers-retours de la salle de traite au parc d’attente pour pousser les vaches. Et limite le risque de chute ou de se faire bousculer par les vaches.

L’arroseur
Un simple arroseur de jardin à 10€ fixé au plafond du parc d’attente, un bout de tuyau et un robinet suffisent à mettre en œuvre cette astuce qui évite les allers-retours de la salle de traite au parc d’attente pour pousser les vaches. La sécurité de l’éleveur est renforcée en limitant le risque de chute et le confort des animaux est amélioré car la douche d’eau limite les mouches et les animaux sont plus calmes pendant la traite.

Un tableau de suivi pour éviter les erreurs

Le tableau récapitulatif des vaches vêlées, taries, sous traitement est une astuce indémodable mais extrêmement pratique qui est largement déployée dans les élevages laitiers. Voici un exemple, le numéro de la vache est indiqué en ligne et à l’aide d’un code couleur et de croix, l’éleveur indique dans les différentes colonnes les jours où le lait doit être jeté ou donné aux veaux.

Un fil automatique pour empêcher l’accès à l’aire de couchage aux vaches laitières

L’astuce nécessite du ruban électrique pour chevaux, un système de poulies, de cordelettes et de rails pour la montée et descente du fil, actionnée par un moteur. Le tout est relié à une minuterie avec interrupteur réversible. Pour cette astuce prévoir l’achat de 2 rails, une dizaine de roulettes, du ruban électrique et des cordelettes pour un montant de 200 € maximum. Le moteur et les fins de courses ont été récupérés sur du matériel déjà existant sur l’exploitation. Ainsi, plus besoin de retourner dans la stabulation pour enlever le fil électrique. Les vaches ne sont pas bloquées au cornadis et le fil descend automatiquement, à heure choisie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité