Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

ENVIRONNEMENT
Un agrément est nécessaire pour l’épandage des boues

Les agriculteurs sont sollicités par les particuliers pour épandre les boues issues des fosses septiques. Pour ce faire, ils doivent respecter des règles.

Depuis 2009, l’administration impose à toute entreprise intervenant auprès des particuliers pour la vidange des fosses septiques de se faire agréer. Les exploitants agricoles n’échappent pas à cette règle. L’agriculteur qui épand sur ces champs des boues produites par les installations d’assainissement non collectifs, autres que celles issues de son habitation ou de son exploitation, doit se faire agréer au préalable auprès des services de la préfecture. L’agrément sous forme d’arrêté préfectoral est délivré sur une durée de 10 ans, renouvelable.

Traçabilité

Le dossier de demande doit contenir les quantités de matière de vidange prévues chaque année, les modalités de collecte, de transport et d’élimination par épandage ou mise en station d’épuration communale des boues. L’entreprise doit aussi s’engager à mettre en place une traçabilité à l’aide d’un bordereau remis au particulier qui précise les coordonnées du vidangeur et la destination des boues. Elle doit également réaliser un bilan annuel de l’activité à disposition de la préfecture pour une durée de 10 ans. Le formulaire d’agrément ainsi que la liste des vidangeurs agréés du département, sont disponibles sur le site internet de la préfecture.

Contraintes administratives

Une fois prise en charge par un professionnel, les boues de vidange peuvent être dirigées vers une station d’épuration communale ou épandues sur les terres agricoles. Si l’épandage agricole est possible, les contraintes engendrées par la réglementation en vigueur ne facilitent pas cette pratique. Une autre procédure administrative issue de la loi sur l’eau de 2006 est encore plus contraignante que l’agrément (encadré). En effet, pour épandre des matières de vidange, il convient de faire, au minimum, une étude préalable définissant l’aptitude du sol à l’épandage, de prévoir un stockage séparé avec les autres effluents et d’intégrer les épandages dans le plan prévisionnel de fumure et le cahier de fertilisation en respectant l’équilibre de la fertilisation. Lors des épandages l’agriculteur doit respecter les distances d’isolement et les délais de réalisation. Par exemple, lors d’épandage sur herbe, la réglementation impose un délai de six semaines avant la remise à l’herbe des animaux ou de la récolte de cultures fourragères. Il est aussi obligatoire de réaliser des analyses annuelles des boues portant sur la valeur agronomique et les métaux, ainsi que des analyses de terres.

Des contrôles spécifiques

Le Service d’assainissement non collectif doit faire un contrôle périodique chez le particulier sur le bon fonctionnement de l’assainissement. Il vérifie sur le bordereau de reprise des boues le nom de l’entreprise qui a réalisé la vidange et la destination des boues. Des contrôles périodiques sur la fertilisation peuvent intervenir également chez l’agriculteur ou d’autres, ciblés, par la police de l’eau. En cas d’anomalie, l’agrément peut être retiré, en plus des poursuites liées à une éventuelle pollution.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité