Aller au contenu principal

Organisation du travail
Un bâtiment mobile pour les éleveurs laitiers

Le mois dernier nous vous présentions le premier prix du Concours trucs et astuces d’éleveurs 2012 : la charrette à veaux. Ce mois-ci, nous vous proposons une autre astuce pour vous simplifier la vie au travail, réalisée à partir de matériaux de récupération !

Un bâtiment mobile.
Un bâtiment mobile.
© CA 76
Après avoir fait fonctionner ses méninges pour imaginer sa stabulation ambulante, Vincent Hautot de Heuqueville en Seine-Maritime a concouru et gagné le deuxième lot du Concours trucs et astuces 2012 : un week-end en gîte de France pour deux personnes avec deux jours de remplacement. Une récompense bien méritée !Son astuce est un bâtiment plurifonctionnel mobile. C’est fort de son expérience d’éleveur et avec un peu de sueur qu’il a imaginé une construction pour loger ses animaux. Le but de celle-ci est de pouvoir garder les veaux à 10 mètres de la salle de traite quand ils boivent du lait et de pouvoir les mettre en pâture quand ils sont plus âgés. Quotidiennement, l’éleveur gagne en efficacité et le travail est moins pénible.

La mise en pâture est facilitée
Facile à déplacer, grâce à une barre à trou, cette stabulation s’adapte donc aux attentes de l’éleveur selon la saison et ses besoins. Vincent Hautot l’utilise durant toute la première année des veaux. Equipée de porte-seaux, la stabulation peut servir au cours de la phase lactée dans un premier temps et au printemps elle permet une mise à l’herbe progressive. C’est un bâtiment qui respecte le bien-être animal avec de bonnes conditions d’élevage puisqu’il est bien aéré. On peut d’ailleurs choisir de l’orienter en fonction des vents dominants et du soleil.

Un bâtiment mobile
Ce bâtiment répond entièrement aux normes en vigueur. Et d’un point de vue hygiène, les vides sanitaires sont facilités. Pour Vincent Hautot, il n’est plus nécessaire de curer à la main comme c’est le cas dans les étables. Ses conditions de travail en sont améliorées.Cette stabulation ambulante a été fabriquée entièrement avec des  matériaux de récupération et fonctionne depuis 12 ans. Elle a couté à Vincent Hautot moins de 100 euros. Si vous êtes un bon bricoleur, sa construction peut donc être à votre portée !En savoir plus
- Calvados : Fabrice Renard - 02 31 70 25 38, f.renard@calvados.chambagri.fr
- Manche : Isabelle Bennehard - 02 33 79 43 80, ibennehard@manche.chambagri.fr
- Orne : Jean Baudoux - 02 33 31 49 53, jean.baudoux@orne.chambagri.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Une première au Salon pour Corentin Angot
Diplômé ingénieur agronome, Corentin Angot se plaît à travailler sur la ferme paternelle à Gouffern-en-Auge, dans l'Orne en…
Publicité