Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Moisson 2008
Un bon départ en juillet mais une arrivée cahin-caha en août

Quasi dernière ligne droite pour la moisson 2008. Démarré sous de bons auspices début juillet, ce cru olympien aura joué les prolongations jusqu’à la fin août, voire début septembre.

La moisson n’est pas finie. A ce jour (Ndlr : lundi 25 août) et dans certains secteurs notamment dans le Bessin et le Bocage, il reste 60 à 80 % des surfaces en blé à battre”. Chez Bertin George, céréalier à St-Aubin d’Arquenay (entre Caen et la mer) et président de la commission “Céréales” de la FDSEA du Calvados, la moissonneuse-batteuse ronge son frein. “Il nous faudrait encore 5 à 8 jours de vrai beau temps pour en finir définitivement. La météo nous annonce une fenêtre favorable à partir de mardi. On devrait donc y voir plus clair en fin de semaine”. Il ne lui reste qu’une dizaine d’hectares à battre. Mais sur ce secteur de Douvres-la-Délivrande, d’autres sont beaucoup moins bien lotis. “Nous avons eu du beau temps en juillet mais le blé n’était pas à maturité. Ensuite en août, nous avons bénéficié d’une accalmie les 15, 16 et 17. Certains ont fait le choix de moissonner à 15,5, 16 voire 17 % d’humidité quitte à être pénalisés. Ceux qui s’y sont refusés n’ont pas pu avancer depuis”.

Des rendements corrects avec quelques exceptions
Côté rendement et même s’il est encore trop tôt pour avoir un rendu exhaustif de ce cru 2008, Bertin George évoque “de bons rendements avec quelques exceptions : de 70 qt, voire moins, à 100 qt, voire plus, en moyenne suivant la nature des terres”. Sur le plan qualitatif, la récolte est au dessus des normes et même s’il faut s’attendre à perdre un peu de PS (Poids Spécifique) en fin de campagne, le blé bas-normand a rendez-vous avec son marché.
Sans faire de catastrophisme, Bertin George s’inquiète cependant de la conjoncture. “Ce midi, le 13 heures de TF1 a évoqué le sujet. Le cours du blé est en baisse de 40 % par rapport à l’an dernier mais celui de la baguette n’a pas bougé”, s’étonne-t-il au passage.

Des cours en baisse avec des charges en hausse
Mais c’est surtout le niveau des charges qui risque de pénaliser le revenu. “Un engrais (du 0.18.35) que je payais 270 e l’an dernier est aujourd’hui facturé à plus de 600 e. Même tendance avec l’AMMO 33,5 : 240 e en juin 2007, 415 e en juin 2008. Le prix du matériel flambe également. Il faut compter 10 000 e supplémentaires pour un pulvérisateur sans parler du prix du fioul. Une paille qu’il a fallu bien souvent retourner pour la faire sécher avant de la botteler (...)”, liste notre céréalier. L’euphorie (mesurée) 2007 est donc retombée dans la plaine. Au stress météorologique que subit tout agriculteur et auquel s’ajoute celui d’une administration parfois trop tatillonne, la volatilité des prix, qu’il s’agisse de produits ou de charges, de hausses ou de baisses, provoque un manque de lisibilité dans la gestion au quotidien des exploitations. Pas simple dans ces conditions d’avoir une vision à court terme de l’avenir!

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité