Aller au contenu principal

VIDEO. Un clacpack et un géotexile pour assurer la conservation des fourrages

Pierre Trotoux, 75 ans, habite à Pont-d’Ouilly (14). Il a inventé le Clacpack, un système qui permet de maintenir des bâches entre elles ou d’y suspendre des lestes. L’entreprise Velitex, basée dans l’Eure, distribue le système, qu’elle conseille avec ses bâches en géotextile pour conserver les fourrages.

« On ne fait pas exprès d’inventer », s’amuse Pierre Trotoux, retraité habitant à Pont-d’Ouilly, en Suisse normande. Au fond de son jardin son atelier, aussi siège de sa société Astumania, caverne aux mille et une idées. Ce Géo Trouvetou invente à gogo. L’homme a travaillé pendant vingt-sept ans dans une entreprise de distribution de la presse à Bobigny. À la fin des années 1990, il revient dans sa Normandie natale. « En 1996, j’ai créé ma société Astrumania pour vendre le Tuyau-com », un système qui permet à deux personnes en moto de se parler. « J’en ai vendu 145 000 exemplaires. »

 

Le ticket de métro

Pendant sa vie parisienne, Pierre joue machinalement avec son ticket de métro, entre le pouce et l’index. En donnant une forme arrondie au ticket, il se plaque contre la peau. De là germe l’idée du Clacpack, un système de fixation des bâches. En 2002, le prototype obtient la médaille de bronze au concours Lépine, à Paris. En 2003, l’invention reçoit la médaille d’argent. D’autres récompenses suivent : médailles d’or de l’INPI au salon Lumière de Lyon et au salon international des inventions, des techniques, et produits nouveaux de Genève. « Personne n’a trouvé comment faire tenir des bâches entre elles sans faire de trous. Sauf moi », se félicite l’inventeur. Le Clacpack est équipé d’un crochet auquel des poids peuvent être fixés pour lester et tendre les bâches.

Efficace, facile, utile

Pierre Trotoux cible les agriculteurs. Le Clacpack permet de s’affranchir des pneus, polluants et nocifs pour les animaux : lorsqu’ils se dégradent, des pièces métalliques se détachent des pneus et tombent dans le fourrage. « Le Clacpack fonctionne bien, il est efficace, facile et utile », commente Thomas Bottet, directeur commercial de l’entreprise Velitex, basée à Saint-Marcel, à côté de Vernon (27), dans la vallée de la Seine. Depuis dix ans, l’entreprise distribue le Clacpack. Velitex est spécialisée dans la conservation des fourrages et des ensilages. Elle a notamment conçu le Subtex, une bâche en géotextile, « qui a une capacité respirante sans laisser entrer l’eau. On évite ainsi le phénomène de condensation et de moisissure », décrit Thomas Bottet.

Deux idées associées

Quand elle invente le Subtex, l’entreprise planche sur un système de fixation. « Plus la bâche est tendue, plus elle est efficace. Nous voulions proposer une solution complète à nos clients. » Et elle tombe sur le Clacpack de Pierre Trotoux. « L’accessoire aide à mettre la bâche en tension et trouve tout son intérêt. On a acheté la marque et le brevet. Nous sommes les uniques metteurs en marché du Clacpack. » Les pièces sont usinées à Alençon et vendues aux distributeurs (coop et négoces) auprès desquels les agriculteurs se fournissent. « Le Clacpack est écologiquement responsable : même si la pièce est en plastique, elle se garde plusieurs années. À la différence du velcro, si le Clacpack tombe dans l’eau ou la boue, il est encore utilisable. On en vend 120 000 par an. »

Clip cover

Velitex a mis au point, en 2020, un système permettant de fixer les bâches aux murs avant et pendant le remplissage du silo d’ensilage, un peu en forme de gros trombone. Cette sorte d’épingle en inox permet également de tenir les bâches au moment du désilage, pour éviter que celles-ci viennent se rabattre sur le front d’attaque. « Nous avons déposé un brevet », souligne Thomas Bottet.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité