Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

AGRIAL légumes
Un costume de leader

Si la croissance n’est pas une fin en soi, elle permet cependant de se tailler un costume d’acteur majeur, voire de leader, compétitif et durable.

.
.
© DR

Plus 10 % en chiffre d’affaires de 2007 à 2010 (+13 % en volume). L’activité légumes d’AGRIAL, qui tenait jeudi dernier son assemblée générale, poursuit sa croissance continue. “Ce n’est pas un fin en soi”, précise-t-on du côté de l’OP (Organisation de Producteurs), Bernard Guillard, son président en tête. Mais atteindre une taille critique d’acteur majeur ou de leader, ça change forcément le rapport de force avec la concurrence. Au-delà, c’est l’optimisation des moyens et l’écrasement des coûts structurels qui sont visés. Sans oublier les droits à produire à pérenniser en partenariat avec des fournisseurs compétitifs.

Florette l’européenne
Le marché 2010 de la 4ème gamme est en progression de 7 % en Europe. Les prix de vente subissent cependant une baisse continue sous les coups de butoir des MDD (Marque De Distributeur). MDD qui se taillent 68 % du marché. Mais Florette fait de la résistance. En valeur “sortie caisse”, la marque progresse de 0,3 point pour atteindre 10,9 % du marché européen devant Bonduelle (7,9 %). Avec ses 11 sites de fabrication et de conditionnement dans 5 pays, la manchoise assume donc son rôle de leader européen.
Car c’est en effet hors des frontières hexagonales qu’elle va chercher sa croissance. De 2005 à 2010, son chiffre d’affaires franco-français est passé de 174 Me à 155 Me (-19 Me). Son chiffre d’affaires européen de 300 Me à 388 Me (+88 Me). Les choix stratégiques d’hier portent leurs fruits aujourd’hui. “Florette a acheté pour 8 Me de matières premières en plus en 2010 par rapport à 2009”.

Priméale : 34 % à l’étranger
L’esprit d’ouverture règne aussi du côté de Priméale (légumes frais) qui réalise 34 % de son activité avec des clients “étrangers”. Si 2010 est qualifiée de “mauvaise année en carotte primeur”, la pomme de terre tire son épingle du jeu. “L’objectif à terme de Priméale Manche est d’assumer son organisation en développant du droit à produire compétitif pour le développement de ses parts de marché tout en générant de la valeur nécessaire à sa croissance”, rappellent ses encadrants. Prise de participation (Vert Frais) ou acquisition de fonds de commerce (en Bourgogne) accompagnent cette stratégie. “Sécuriser les flux par un amont (intégré ou partenaire) profitable. Améliorer notre organisation logistique pour la traduire en véritable avantage concurrentiel durable”, a insisté Pierre-Marie Lecouture.

Un mix produit different

Après une légère réduction des volumes en 2009, les 90 000 t ont à nouveau été approchées en 2010. Soit 3 000 t de plus que l’année précédente avec un mix produit différent :
- une réduction continue des volumes de céleri en raison d’un marché difficile,
- une production de carottes et de poireaux supérieure à 2009 grâce à des conditions météorologiques et commerciales favorables,
- une augmentation de près de 1 000 t de salade sans oublier l’activité jeunes pousses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité