Aller au contenu principal

Neige sur le Cotentin
Un désastre pour l'agriculture et le monde rural

C'est un véritable désastre qui s'est abattu sur les stabulations du Cotentin, en particulier la région de la Haye du Puits. Sous l'accumulation de près d'un mètre de neige par endroit, les toits se sont effondrés. Mercredi, Préfet, président du conseil général, responsables professionnels agricoles, élus locaux ont effectué une triste tournée.

Stabulations effondrées, tracteurs bloqués, vaches écrasées sous les décombres sans compter la détresse des producteurs, rien décidément n’aura été épargné au monde agricole lors de la tempête de neige.Il faut d’ailleurs remonter à une autre tempête, celle de 1999 pour se souvenir d’un tel désastre dans les campagnes. Les toitures n’ont pas résisté aux 70 voire 80 centimètres de neige accumulés. « On comptait parfois 100 tonnes sur les charpentes qui n’ont évidemment pas résisté » expliquent les professionnels. Déjà, les producteurs touchés relèvent la tête et pensent à reconstruire le plus vite possible avec évidemment une procédure simplifiée. Parfois, les bêtes ont pu être hébergées chez des voisins ; ailleurs, on a utilisé un bâtiment désaffecté. Mais l’agriculture n’a pas été la seule touchée. A La Haye du Puits, le garage Citroën s’est complètement effondré ; idem pour un transporteur ; quant à l’imprimerie CPC, elle a fait appel à des échafaudages de fortune pour consolider son toit.. D'autres problèmes vont aussi surgir pour l'ensemble des producteurs de la Manche, celui d'une collecte de lait chaotique avec à la clé des problèmes de qualité. Certains producteurs ont du eux-même apporté leur lait aux citernes stationnées sur les places de village ou encore récupéré des tanks pour stocker lorsqu'il le pouvait...

D'emblée, Jean-François Le Grand, en concertation avec Pascal Férey (FDSEA) a décidé que les agriculteurs mis à contribution pour dégager les routes communales notamment seraient "défrayés" pour leurs efforts. Par ailleurs, une logistique faisant appel à ce même monde agricole devrait être mise en place rapidement, dans l'hypothèse d'un nouvel épisode neigeux. Du côté des légumiers, on panse aussi ses plaies (tunnels effondrés). Même si, suite au froid, les cours sont à la hausse, on craint déjà des pertes dues au pourrissement des poireaux et choux.

 

La suite dans votre prochaine édition

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Prix du lait juillet 2022 : le compte n’y est vraiment pas selon Ludovic Blin
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Mesures de restriction d’eau dans le Calvados
La situation hydrologique et hydrogéologique était déjà défavorable début juillet 2022. L’absence de précipitation ainsi que les…
Moisson 2022 : dernière ligne droite
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 25 …
Coquillages et préjugés : Anaïs, portrait d’une reconvertie
Le Comité régional conchyliculture (CRC) a lancé sa campagne de communication ConchyQuoi en mai 2022 sur les réseaux sociaux. Des…
Moisson 2022 : rapide et en avance
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 18 …
Sécheresse - Prix du lait - FDSEA-JA 50
Sécheresse 2022 : les agriculteurs face à une « situation critique »
La FDSEA et les Jeunes agriculteurs de la Manche ont tiré la sonnette d’alarme, lundi 8 août 2022 à Saint-Lô, sur les difficultés…
Publicité