Aller au contenu principal

Yvan Fourré, Président de la section porc de la FRSEA de Basse-Normandie
Un étiquetage VPF, et vite

L’affaire “Findus” n’en finit pas d’alimenter la chronique et de nourrir le doute sur la transparence des filières alimentaires. Un doute qui va au-delà de la filière viande bovine. Entretien avec Yvan Fourré, président de la section porc de la FRSEA de Basse-Normandie.

© JR
Comment les éleveurs de porcs réagissent-ils à cette nouvelle affaire qui concerne la filière viande ?
Très mal. Les éleveurs en sont responsables de rien, qui plus est les producteurs de porcs, et ce sont pourtant eux qui risquent de payer la facture. J’ajoute que les produits incriminés ne présentent aucun risque sanitaire. Il s’agit d’une fraude sur la viande de cheval utilisée à la place de la viande de bœuf. Tout cela alors que l’on connaît la solution. Nous la réclamons depuis de longues années : il faut généraliser l’étiquetage de l’origine des viandes.

L’Union Européenne propose un étiquetage “UE” ou “hors UE”. Cela répond-il à vos attentes ?
Pas du tout. On se moque des gens. Ce que les consommateurs attendent, c’est de connaître l’origine nationale, pas de savoir si la viande est européenne ou non. Je sais que cette notion d’origine nationale ne convient pas à la commission européenne. Mais elle doit aussi entendre les demandes des consommateurs Parce que c’est cela qui rassure les consommateurs, rien d’autre.

Cela ne règle pas le problème des produits transformés auquel la filière porc est particulièrement confrontée ?
Quand il n’y aura plus que les seuils à fixer pour déterminer quelle origine figure sur le produit, on en sera à régler les détails ? Il faut d’abord décider du principe. Ne nous cachons pas derrière de faux obstacles pour ne rien faire. L’inaction profite aux tricheurs. Pour notre filière, nous réclamons à cor et à cri la généralisation de l’étiquetage de l’origine de la viande. J’ose espérer que tous les maillons de la filière vont enfin en comprendre l’intérêt. Je ne doute pas que les salaisonniers vont encore essayer de gagner du temps pour éviter d’étiqueter leurs produits et continuer leurs business et leurs mélanges de viandes. Nous serons particulièrement attentifs à ce qu’ils identifient correctement leurs produits.

Des abattoirs ont été condamnés pour entente illicite à des amendes d’un total de 4,7 millions d’euros. Qu’en pensez-vous ?
J’aimerais que nos outils de transformation soient aussi prêts à prendre des risques d’amende pour favoriser la valorisation de nos produits dans la distribution. On voit qu’ils savent s’entendre au détriment des éleveurs…on attend toujours une vraie stratégie de la filière pour affronter en ordre rangé la distribution qui impose sa loi avec les dégâts que l’on connaît.

Où en sont les producteurs de porcs aujourd’hui ?
Après l’embellie de cet été, le prix du porc a dégringolé à l’automne. On sent actuellement un léger frémissement. A 1,43 €/kg au cadran, on est loin du compte quand on compare à l’évolution des prix de l’aliment, il manque 30 centimes.
Et malgré cela, les pouvoirs publics continuent d’imposer des règles environnementales plus sévères qui augmentent nos coûts : bien être, stockage des effluents…La filière est morose et les Pouvoirs publics sont responsables parce qu’ils ne nous soutiennent pas, ils se contentent de nous condamner. Mais nous allons nous battre parce que nous avons envie de continuer à proposer de la viande de porc française aux consommateurs car c’est ce qu’ils demandent. Et nous avons bien l’intention de vivre de notre métier.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité