Aller au contenu principal

Circulation
Un giratoire donne le tournis : les agriculteurs ne se braquent pas

La preuve par l’image. Pour illustrer les problèmes de circulation, la FDSEA et les Jeunes agriculteurs appliquent ce principe. A Cambes-en-Plaine (14), l’intervention du syndicalisme a évité une circulation cauchemardesque, voire ubuesque, pour les engins agricoles.

Le décamètre est un outil précieux pour le syndicaliste. Il permet de simuler un projet d’aménagement routier et de prouver l’aberration de l’idée. A Cambes-en-Plaine, Sébastien Debieu, secrétaire général et “monsieur circulation” de la FDSEA 14, a ainsi répondu à l’appel d’un adhérent. Ivan Decaen, endivier, est l’un des rescapés de l’agriculture périurbaine. Après avoir observé les plans d’un projet d’un aménagement routier, l’agriculteur s’est rapproché du syndicalisme. En cause : un giratoire en forme de ballon de rugby. Son but premier est louable. La construction est censée faire ralentir les véhicules à proximité d’une école. Mais le projet stopperait net les engins agricoles.

FDSEA/JA à la manœuvre
Lundi, la FDSEA et les JA ont donc rassemblé tracteur, arracheuse à betteraves et linière devant des élus de la ville. A l’aide de plots rouges, les syndicalistes ont concrétisé le projet de la commune. Avec le plan sous les yeux, Mickaël Bertrand, maire de Cambes-en-Plaine, a joué le jeu. La démonstration est probante. A tour de rôle, les agriculteurs slaloment, braquent, frôlent les clôtures pour finir bloqués. Une grande dextérité ne suffit pas. La manœuvre est physiquement impossible. Le défilé amuse, pourtant au quotidien, les agriculteurs s’exaspèrent. L’élu comprend et se montre ouvert. “Je suis heureux de cette concertation. Une solution sera trouvée. Je pense que nous supprimerons la végétation prévue sur ce haricot. Nous y mettrons des pavés. Les engins agricoles pourront donc chevaucher le giratoire. C’est bien que les agriculteurs se mobilisent. Derrière les exploitations agricoles, il y a de l’emploi”.

Des difficultés
à faire remonter
Seconde étape de la mobilisation de lundi : la RD 79. Cette fois-ci, la responsabilité de la voirie incombe au Conseil général. Une moissonneuse batteuse y est contrainte d’empiéter sur le trottoir pour passer l’ilot central. Sur ce point noir, la municipalité a des difficultés à se faire entendre du département.
Les problèmes sont remontés par un adhérent local. C’est la vie d’un syndicat. Elle commence par les problèmes concrets du quotidien sur le terrain”, estime Sébastien Debieu. “Les agriculteurs dans les cantons activent notre réseau. S’il faut des actions, nous les ferons. Les élus sont prévenus !”. La FDSEA et les JA sont prêts à reprendre la route.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité