Aller au contenu principal

Solidarité agricole
« Un grand merci »

Laurent Dutertre, agriculteur dans le Perche, a développé une forme grave de la Covid-19 en février 2021. Après une période de coma artificiel de 34 jours, il essuie les conséquences de l’alitement prolongé, qui l’empêchent de marcher.  Aujourd’hui, il tient à remercier tous ceux qui l’ont aidé.

Laurent Dutertre, agriculteur dans le Perche
« J’ai perdu 31kg en un mois, à côté, Koh-lanta c’est de la rigolade », relativise Laurent Dutertre, agriculteur dans le Perche.
© DR

« En 31 ans je n’avais jamais été arrêté », sourit Laurent Dutertre. Cet agriculteur du Perche exploitait avec sa femme les 125 ha de SAU et trayait les 50 vaches sans problème de santé. Jusqu’au 14 février 2021, où son dépistage de la Saint Valentin le révèle positif à la Covid-19. « Mal foutu, de la température, un peu comme une gastro », révèle-t-il.
Son médecin lui prescrit un traitement pour quelques jours. Jusqu’ici, rien de grave. Tout change lorsqu’un soir, il se met à cracher du sang. Appel du 15 : direction l’hôpital de L’Aigle (61) où on lui explique que 60% de ses poumons ne fonctionnent plus. Son état se détériore et les médecins le placent sous assistance respiratoire, en coma artificiel. Laurent Dutertre restera 34 jours branché au tuyau du respirateur.
Au réveil, shooté, il ne peut ni bouger, ni parler. Commence alors la lente rééducation : « à 53 ans, quand il faut tout réapprendre, ça fait drôle. Mais j’ai eu de la chance j’avais encore toute ma tête… enfin presque. On m’a demandé le nom du président, j’ai répondu Mitterrand ». L’alitement prolongé ayant endommagé le nerf de sa jambe, il a dû subir une opération : 40 points de suture.
Aujourd’hui, le marathon médical n’est pas encore terminé pour Laurent Dutertre qui n’a toujours pas retrouvé le contrôle de son pied droit. « Ça peut durer de 6 à 24 mois, après cela, si cela perdure, ça ne reviendra pas », s’inquiète-t-il.

Pendant ce temps

A la ferme, les vaches n’ont pas arrêté de donner du lait, ni les cultures de repartir avec le printemps. Après son alitement, sa femme, Isabelle Dutertre a vite organisé une réunion de crise. Une dizaine d’agriculteurs du coin ont répondu présent pour aider le couple dans la période difficile qu’il rencontrait. Petit à petit, l’aide s’est mise en place. Son conseiller culture l’a organisée grâce à un planning sur tableur. Des membres de la famille sont venus faire des clôtures, préparer le bois. Les collègues agriculteurs ont enrubanné. Sa femme a paillé, a curé, a fait la traite. Aujourd’hui, le fils de Laurent Dutertre, revenu du lycée agricole de Sées, a plus de temps pour aider ses parents. Le « miraculé » est revenu dans sa ferme mais ne peut pas travailler à cause de son pied et de la fatigue persistante. Et l’été ? Il compte vendre sa moissonneuse-batteuse et faire réaliser la récolte. Son fils et son voisin presseront. L’éleveur, plus inquiet que le cultivateur, pense surtout à l’hiver prochain, quand les animaux seront rentrés. « Si mon pied n’est pas remis, ça sera compliqué… ». A tous les amis, proches et membres de la famille qui les ont aidés, ainsi qu’au personnel soignant des hôpitaux, Isabelle et Laurent Dutertre, touchés par l’élan de solidarité et la qualité des soins, déclarent aujourd’hui « un grand merci ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité